Revenir sur ce qu'est le "halal". Cette névrose des malades de Dieu!

Publié le 11 Avril 2011

            Parce qu'il est devenu nécessaire de savoir et de comprendre, je vous fais part d'un article de Résistance Républicaine qui explique ce qu'est le halal. Ce n'est pas une variante du bio, une nouvelle marque ou le produit serait meilleur, ce n'est pas non plus moins cher qu'ailleurs, ce n'est tout simplement que la définition de la "pureté religieuse" en islam. Rien ne change mais tout à changé. Car le fait d'acheter halal n'est pas innocent comme le pensent les "innocents les mains pleines", les bobos de gauche et de droite, les bien pensants. Ce n'est pas innocent car le halal est un acte religieux. Une volonté alimentaire. Manger halal c'est respecter un diktat des religieux musulmans. A chaque fois que vous achetez halal, c'est une dîme que vous versez à une des trois mosquées de France: Paris, Lyon et Evry. Cet argent, nul ne sait à quoi il sert puisque ces mêmes religieux ne l'utilisent pas pour construire des mosquées (et pourquoi le ferez-t-il puisque les communes les financent en partie d'une manière ou d'une autre - il faudra s'en souvenir en 2014).


          Quand vous achetez du halal, c'est bien de financement, c'est bien d'argent que l'on parle! Rien d'autre. Si tel est votre choix, pourquoi pas! Si ce n'est pas le cas, alors il est juste que tous les produits "halal" soient étiquetés comme tels.

          Christine Tassin, Présidente de Résistance Républicaine a, dans sa conférence de presse, affirmé que c'est 60% de la viande ovine qui est halal en France. Soit bien plus que la consommation habituelle des musulmans. Cela veut dire clairement que vous mangez et donc payez une dîme religieuse sans le savoir. Pour une démocratie laïque, la France fait très fort. En conséquence, l'exigence première est de demander l'étiquetage des produits "halal".

          Un projet de loi fût déposé. L'Assemblée Nationale de droite comme de gauche s'est empressée de l'oublier. Alors tout le reste n'est que positionnement publics, postures médiatiques. Les hommes de pouvoir ou aux pouvoirs, n'ont pas vraiment la volonté de s'opposer à l'islamisation de la France.

          Ils pensent encore que l'islam est compatible malgré la loi coranique (Charia) qui s'impose de fait à tous les musulmans. Y compris les exécutions physiques comme la lapidation dont Tarik Ramadan n'envisage qu'un éventuel moratoire (une suspension).

          Que les choses soient claires. Ce n'est pas la croyance en Allah qui pose problème mais les conséquences de ce qu'est la loi islamique.

          Le contenu de cette Charia est incompatible avec nos lois qui exigent l'égalité homme/femme, la liberté de conscience, la liberté d'opinion, la liberté d'expression tout ce que réfute cette loi du moyen âge qui considère les lois "humaines" comme obsolètes et injurieuses face à Allah et à sa loi "divine".

           Je ne comprends toujours pas le laisser faire de nos politiques qui ne sont pas plus idiots que la moyenne des français. 

Gérard Brazon


L'offensive halal ou le contrôle islamique et psychotique de la viande

         La charia est le système islamique qui gère la vie des musulmans. Elle définit le halal et le haram (licite et illicite) dans tous les domaines de la vie, que ce soit pour divorcer ou s'essuyer les fesses (avec des cailloux et par paire, s'il vous plaît). Notre chère ministre Lagarde a fait rentrer la charia dans le droit français par le biais de l'économie.

Pour la nourriture, le halal est présenté comme l'absence de porc et le mode d'abattage des animaux qui doivent être tournés vers la mecque (pas comme les premières mosquées ou les prieurs de la rue myrah) avec une incantation au moment d'être égorgés. Bien souvent, on nous fait croire qu'il s'agit d'une tradition et que ça en reste là.

L'islam gère absolument tout dans la vie d'un musulman à partir des textes immuables (coran, syrah, sunna) et des fatwas. L'application stricte de ces derniers est une obligation et tout se réfère à une période barbaresque vieille de 1400 ans. Cela va de même dans l'abattage rituel.

 

Voici des extraits de la charte du CFCM pour le halal alimentaire:

             Le Halal est un moyen et une condition pour cheminer vers Le Créateur et revêt donc une importance fondamentale pour les musulmans.

En environnement industriel, le nombre d’intervenants et la multiplication des manipulations augmentent le risque d’erreurs, voire de fraudes. Or, la définition du Halal en islam ne fait l’objet d’aucune équivoque sur un point : le rejet du doute.

Le contrôle et la certification des produits Halal renvoie à la notion de témoignage en Islam (chahadat).Tout acteur désirant produire ou commercialiser des produits Halal doit faire appel à un organisme de certification Halal (Chahed) habilité à contrôler et à témoigner du respect des conditions et des exigences du Halal.

* Les lignes directrices générales sur l’emploi du terme « Halal » CAC/GL 24-1997 :

a) la personne chargée de l’abattage doit être un musulman sain d’esprit et connaissant bien les méthodes d’abattage de l’Islam ;

b) l’animal à abattre doit être autorisé par la loi islamique ;

c) l’animal doit être vivant ou réputé vivant au moment de l’abattage;

d) l’invocation Bismillah (au nom d’Allah) doit être prononcée immédiatement avant l’abattage de chaque animal ;

e) l’instrument utilisé doit être tranchant et doit rester enfoncé dans l’animal pendant l’abattage ;

f) l’abattage doit consister à couper la trachée, l’œsophage et les principales artères et veines situées dans la région du cou.

La garantie de la traçabilité des produits Halal ; Les Contrôleurs (Mouraqibs) de l’OCH assument leur mission à tous les stades de la production. Rien ne peut être entrepris en la matière sans leur présence. Il ne peut donc y avoir de certification d’attestation ou d’estampillage sans contrôle.

- Le matériel de Contrôle demeure la propriété exclusive des Mouraqibs (contrôleurs) de l’OCH. Seuls Les Mouraqibs de l’OCH ont la responsabilité de son utilisation et de sa conservation. Seul l’OCH et son personnel ou ses membres pourront certifier et marquer Halal les produits.

- Le contrôle de visu ; La production de produits Halal ne peut se dérouler sans la présence des Mouraqibs (contrôleurs) de l’OCH. Le marquage et la certification sont conditionnés par une présence permanente, continue et inconditionnelle des contrôleurs (Mouraqibs).

Art. II.2.5 – Le Mouraqib (Le Contrôleur)

Le Mouraqib devra :

Etre musulman et pratiquant les cinq prières quotidiennes.

Le matériel de l’OCH est la propriété exclusive de l’OCH. Le Mouraqib de l’OCH est le seul habilité à le gérer et à l’utiliser. Il doit êtrestocké dans un local ou un emplacement fermé et spécialement conçu pour ce matériel dont les clés restent en la possession unique des Mouraqibs de l’OCH.

Les risques à prendre en considération, par le(Drunk Mouraqib(Drunk, préalablement à tout abattage rituel sont les suivants :

1. S’assurer que l’abattoir soit vierge de toute viande non certifiée Halal. Cette condition, généralement assurée en réalisant l’abattage rituel aux premières heures, permet d’éviter la multiplication des risques de mélanges de viandes lors de la production.

2. Contrôler que le site et tous les espaces par lesquelles les viandes certifiées Halal devront transiter ont bien été préalablement nettoyés et qu’aucune matière animale, ou du sang ne soit présent.

3. Le Mouraqib, avant l’abattage rituel, doit réclamer au sacrificateur sa carte de sacrificateur. Il doit vérifier l’état d’hygiène du matériel d’abattage et de l’état d’aiguisement du couteau du sacrifice.

4. Le Mouraqib doit veiller au bon comportement et à la bonne approche de l’animal vivant. Il doit limiter tout type de stress ante-mortem.

5. L’OCH exigera le sacrifice rituel sans étourdissement.

6. Le Moudhakki (sacrificateur rituel) devra disposer d’ustensiles d’abattages (couteaux…) propres et biens aiguisés.

Art. IV.2- Le Moudhakki (Le sacrificateur)

Le Moudhakki doit être agrée par les autorités religieuses compétentes et en particulier être musulman pratiquant les cinq prières quotidiennes, sensé et ayant suivi une formation préalable attestant de ses capacités à exercer l’abattage rituel.

Le Moudhakki doit prononcer la (Basmala) « Bismi-l-lah (بسم الله) » c-à-d : Au nom de Dieu, en ajoutant de préférence « Wa Allaho Akbar (والله أكبر) » c-à-d : Dieu est Grand. En cas d’oubli (donc involontaire), de la part du sacrificateur, la viande conservera son caractère Halal.

La saignée doit être réalisée de préférence de la main droite (avec une dérogation pour un gaucher), et le plus rapidement possible.

11. Le Moudhakki doit prendre soin de trancher la trachée artère, l’œsophage, et les artères carotides. Il pourra être toléré que trois organes sur quatre soient sectionnés.

12. Le Moudhakki devra prendre soins de trancher sous le larynx

13. Le Moudhakki pourra réaliser un mouvement de va-et-vient de la lame si cela s’avère nécessaire (épaisseur du cuir de l’animal), mais devra s’efforcer de minimiser son intervention. Il devra surtout éviter de relever la lame avant la fin de l’opération.

14. Le Moudhakki doit éviter de décapiter l’animal et donc tenter de préserver sa colonne vertébrale.

15. De manière préférentiel, aucune intervention ne devra être portée sur l’animal jusqu’à ce qu’il soit totalement inanimé. Ainsi, il est particulièrement interdit de dépecer ou déplumer l’animal ou qu’un opérateur intervienne sur la plaie avant sa complète inertie.

16. Le Mouraqib devra assister à l’abattage et contrôler la qualité de la saignée afin d’écarter de la chaîne d’abattage les bêtes non abattues dans le respect des conditions susmentionnées.

17. L’abattage rituel doit être manuel et effectué par un sacrificateur rituel agréé. L’abattage automatique (à l’aide d’une scie circulaire ou autre procédé mécanisé) ne peut être assimilé à un abattage rituel.

Pour la garantie du contrôle et de la certification Halal, les Mouraqibs de l’OCH doivent préalablement contrôler et identifier les viandes et produits Halal destinés à la fabrication. Ils doivent assister et contrôler toutes les étapes de la chaîne de production et de conditionnement.

Les Mouraqibs devront isoler les espaces dédiés au stockage des abats (blancs et rouges) de tout produit non certifiée Halal, puis contrôler l’extraction des abats, enfin marquer les abats Halal avant toute introduction dans l’espace dédié à la viande non certifiée Halal.

Tous ces produits devront être emballés et scellés préalablement à l’introduction sur le site de viande non Halal. Une alternative pourra être proposée en confiant aux Mouraqibs la possibilité de fermer et sceller les espaces de stockage et frigos dédiés au Halal.

Les Mouraqibs ne doit pas autoriser l’approche de la viande Halal par le personnel et le matériel ayant eu contact avec les viandes non Halal.

Toute intervention devra se faire en présence d’un ou plusieurs Mouraqibs. Le nombre de Mouraqib doit être adapté aux volumes produits et à la taille du site.

La découpe, le désossage et le conditionnement doivent se faire en présence des Mouraqibs. Cette phase de travail de la viande Halal ne doit pas se faire en même temps et par le même personnel manipulant d’autres viandes non Halal.

Après le conditionnement, l’étiquetage des barquettes de découpe et des abats, doit se faire par les Mouraqibs de l’OCH ou sous leur surveillance stricte.

Toutes les étapes d’acheminement ultérieur de ces produits peuvent être identiques aux produits traditionnels (non Halal), mais, en aucun cas, ils ne peuvent entrer en contact direct avec eux.

Le traitement des produits Halal, depuis le déballage des matières premières jusqu’au conditionnement final, doit se faire en présence des Mouraqibs de l’OCH.

 

10. Les Mouraqibs devront ensuite assurer que chaque étape de transformation est réalisée sans risque de contact ou de mélange avec des produits non Halal ou non agréé. Nous faisons référence, en particulier, aux types de risque suivant :

a. Mélange des viandes Halal avec des viandes non Halal présentes sur le site

b. Nettoyage incomplet des outils de production suite à une production non Halal. Les Mouraqibs devront donc valider la propreté de l’outil de production. En cas d’impossibilité de contrôle visuel, Les Mouraqibs pourront faire couler de l’eau et vérifier qu’en sortie de machine ni la couleur, ni l’odeur n’ont été altéré.

Art. VI.1 – Abattoirs et Centre d’Elaboration des Viandes (CEV)

Les abattoirs et CEV désireux d’afficher le sigle cfcm-Halal dans des espaces de production devront s’engager à ce que ces espaces soient dédiés exclusivement aux produits conformes à la charte Halal du CFCM. Ils doivent en outre:

Ne produire, dans ces espaces, que sous le contrôle d’un OCH signataire de la présente charte et accrédité par le CNCH à la date de production.

Respecter les contraintes religieuses des Mouraqibs dans l’aménagement des plannings, notamment, les prières obligatoires et la prière du vendredi.



TERME APPELLATION DÉFINITION. 

Halal حَلال permis, licite

Haram حَرام interdit, illicite

Chahadat شَهادة Témoignage

Mouraqib مُراقِب contrôleur Halal

Shahid شاهِد certificateur Halal

Hadith حَديث dire du prophète Muhammad (psl)

Al Maytah المَيتة La bête morte

‘Ulama العُلَماء savants musulmans

Dhabh الذَبح La saignée

Moudhakki المُذَكّي Le Sacrificateur

Dhakah الذَكاة L’abattage rituel

Chak شَك Doute

Qibla قِبلة direction de la Mecque

Basmala بَسمَلة mot qui désigne la formule “Au nom de Dieu, le Clément le Miséricordieux”

Allahou Akbar اللهُ أكبَر “Dieu est le plus grand” (lit. “Dieu est plus grand”)

Hayawan Bêtes : Bovins, ovins, caprins, camélidés, … (hors volailles)

Il faut donc un musulman pour contrôler et un musulman pour "sacrifier", dans tous les cas, un contrôleur musulman veille!

Un psychiatre dirait que le consommateur musulman a des troubles obsessionnels compulsifs graves!


Résistance Républicaine

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Nancy VERDIER 18/04/2011 09:58



J'ai lu jusqu'au bout et je trouve qu'il est insensé que la puissance politique de l'Etat français ait cédé le champ de l'abattage à une Communauté, on pourrait même dire une Secte. Non seulement
l'animal souffre, mais la viande n'en est pas meilleure. A l'heure actuelle les contrôles exercées par les organismes sanitaires sont suffisamment sûrs et l'abattage non rituel plus conforme à
nos moeurs. Je n'accepte pas de changer de civilisation pour rentrer dans une civilisation de la torture animale et des prières d'un autre âge. L'obscurantisme s'abat sur la France. Les gens
finissent toujours par se plier à la majorité comme ce serait le cas de cette lectrice précédente. Donc, il faut mettre un frein sec à ces pratiques douteuses d'un âge révolu.



Bolland Viviane 11/04/2011 19:32



J'ai lu jusqu'au bout. Et si on laissait vivre les gens comme ils l'entendent ?


 



Gérard Brazon 12/04/2011 17:12



Tous les démocrates disent la même choses que vous Viviane. Mais lorsque vous vous trouvez devant des personnes qui exigeront que vous viviez comme eux, que ferez-vous? Que ferez-vous si vous
viviez dans un quartier ou vos filles seraient obligées d'obéir un ordre vestimentaire. Que vous soyez obligé en tant que femme de baisser les yeux en rentrant chez vous. Est-ce pour cela que
Madame Roland est montée à l'échafaud? Sachez que c'est une réaction de rejet de notre part et non une attaque. Bien à vous.