Valentin, 24 ans, a été frappé à mort vendredi dernier par un arabe, à Albi.

Publié le 10 Juin 2012

Vous pensez que les crimes de Merah sont loin ? 


Vous pensez que les crimes de Merah sont loin ? Valentin, 24 ans, a été frappé à mort vendredi dernier par un arabe, à Albi.

Albi, vendredi 1er juin.

Farouk Y. 22 ans, et son copain (il a 17 ans, c’est un mineur au casier judiciaire chargé, il faut le protéger, son nom à consonance musulmane ne sera pas divulgué) ont frappé à mort Valentin Rivié, 24 ans.

Une vie prometteuse – Valentin se préparait à la mise en scène et avait déjà réalisé des courts-métrages – fauchée en quelques minutes par un fauve laissé en liberté par une justice dont il faut montrer du doigt la lourde responsabilité, et la révulsante indifférence.

Albi est sous le choc, après ce crime odieux, gratuit, inutile, qui a pris la vie d’un jeune homme brillant et a laissé la vie à une épave, Farouk. Albi a organisé une marche blanche.

Cela se passe après une soirée d’anniversaire, à 3 heures du matin, dans un quartier « normal » d’Albi. Romain, l’unique survivant, également victime et témoin de la scène, et Valentin, rentraient chez eux à pied le long des berges du Tarn. Ils sont suivi par deux arabes parce que Valentin affiche une attitude provocante : il a un sac à dos.

Les deux arabes s’approchent des jeunes hommes et leur demandent une cigarette. Romain avait du tabac à rouler et leur en donne.

Puis ils remarquent que Valentin avait une bouteille de Rhum à la main – qu’il avait rempli de jus de fruit. Les deux arabes demandent à en boire.

Au bout d’un moment, Romain se rapproche du grand pour reprendre la bouteille, et là, le drame se déroule, en quelques instants.

Le mineur « surgi dans mon dos pour me gazer », explique Romain.

Et Valentin, lui demande Pierre-Jean Pyrda, le journaliste de la dépêche ? (1)

« Au même moment, le grand lui a donné un coup de bouteille qui l’a atteint à la tempe. Valentin s’est effondré sur le trottoir. »

Cette agression a duré combien de temps ?

« ç’a été très vite. Peut-être une minute. »

Et vous avez la conviction que ce n’était pas une rencontre fortuite ?

« Oui, je pense qu’ils nous ont repérés, que c’était organisé. C’était un guet-apens. Pendant l’agression, il y avait un jeune couple qui attendait sur la route. Ils n’ont pas bougé du tout. ça m’a paru bizarre. »

« Un jeune passant s’est porté à notre secours, La police est intervenue très vite. Je les remercie »

Transporté à l’hôpital de Purpan à Toulouse, Valentin est mort, frappé par cette bête sauvage.

Mais Farouk le criminel et le mineur n’en sont pas à leur première agression.

Le 29 avril dernier, Farouk monte dans un bus, à 5 heures du matin, à la sortie de la discothèque l’Arena à Lagrave. Le chauffeur demande à deux jeunes d’éteindre leur cigarette et d’arrêter d’arracher les cache-lumières de sécurité du bus.

Devant leur refus et les provocations, le chauffeur décide de les expulser.

C’est alors qu’intervient Farouk, lui aussi très imbibé. Il prend à partie le chauffeur, le pousse et le sort violemment du bus avant de le rouer de coups. Le chauffeur s’en sortira avec des hématomes, des contusions diverses et 15 jours d’arrêt de travail.

Et ce n’était pas la première fois.

Pourtant, le juge le remet en liberté, avec une condamnation de 8 mois avec sursis.

Le juge dort tranquille. Il n’est pas du tout responsable de la mort de Valentin. Ce n’est pas de sa faute s’il a relâché Farouk, ce qui a permis l’acte fatal, non. Le juge vous expliquera très calmement et très posément, si vous le connaissez, qu’il a fait son travail avec la plus grande rigueur professionnelle, et qu’il n’a pas pour rôle de réparer les fautes commises par la société vis à vis des jeunes défavorisés issus de l’immigration.

Car les juges, en France, considèrent, même après le crime, que Farouk est la victime, et qu’il ne faut pas l’accabler, ni le punir trop sévèrement.

En France, les juges ne s’intéressent pas à la sécurité des gens, mais à la protection des « victimes de la société ».

En France, les juges ne sont pas formés pour empêcher les coupables de nuire aux innocents, mais pour « donner une chance aux jeunes », pour « ne pas faire des coupables les boucs-émissaires de la violence ».

Les juges sont le maillon de l’Etat qui sert à protéger les honnêtes gens contre la violence des prédateurs. Il n’en existe aucun autre.

Dès l’instant où les juges sont endoctrinés par l’idéologie minorité = victime de la gauche, et qu’ils relâchent systématiquement les délinquants violents multi-récidivistes, les honnêtes gens ne sont plus en sécurité.

C’est la situation à laquelle sont confrontés, en France aujourd’hui, les honnêtes gens

A Villeurbanne, l’agression antisémite des trois jeunes juifs qui a fait couler une larme de crocodile au premier ministre, et a permis à Manuel Valls de rôder sa langue de bois toute neuve, s’est terminée par la mise en examen de quatre musulmans.

Le juge a décidé de les laisser en liberté, « sous contrôle judiciaire », ce qui va leur permettre de massacrer d’autres citoyens… (le parquet demandait le placement en détention). Le premier ministre Ayrault avait déclaré : « faisons preuve de fermeté et en même temps éduquons, transmettons.» Je ne sais pas ce qu’il a prévu pour éduquer et transmettre, mais si c’est aussi comme la fermeté, me voilà totalement rassuré.

A Albi, le procureur Pascal Suhard avait demandé que Farouk écope d’un an de prison dans l’affaire du bus. Je sais qu’il pense au jeune Valentin, à sa famille, à ses amis. S’il avait été suivi par le juge, Farouk serait là où l’on met ceux dont la société a besoin d’être protégée, et Valentin serait toujours en vie.

La mort de Valentin à Albi, la remise en liberté des antisémites de Villeurbanne, nous apprennent qu’il ne faut pas avoir confiance en la justice française pour éloigner les bêtes sauvages et les criminels.

Toutes mes condoléances à la famille de Valentin Rivié.

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Claude Germain V 10/06/2012 12:26


Dans un société juste ,honnete , sereine et efficace ,LE VOYOU DE MAGISTRAT RENDANT UN JUGEMENT INIQUE DOIT ETRE TOUT SIMPLEMENT
CONDAMNE A MORT à la place de l'AGRESSEUR qui doit payer egalement la note a son tour .

DUVAL Maxime 10/06/2012 09:58


Au Tribunal  les (j'évite le qualificatif) GOUVERNANTS qui par idéologie, lâcheté et mépris du peuple qu'ils sont sensés représenter laissent entrer et prospérer sur notre territoire des
gens, et des modes de vie qui n'ont rien à voir avec notre civilisation.


C'est bien de leur faute si une famille, aujourd'hui encore est dans le malheur. Et qu'on ne m'objecte pas que nous sommes tous des assassins en puissance ! Il n'est pas nécessaire d'en faire
entrer de nouveaux. Il n'est pas indispensable non plus parce qu'existe le tabac et l'alcool, de légaliser la merde que font  entrer sur notre sol les voyous multirécidivistes "droit du
sol".


Nos gouvernants sont les vrais coupables ! Qu'ils cessent de se planquer derrière tous les paravents de la bienpensance, l'Histoire les rattrappe chaque jour. Ils laissent gagner la gangrène et
le jour où la guerre civile va se déchaîner, ils trouveront encore le front de s'en sortir par les pirouettes dont ils sont passés maîtres.


Ce pauvre gars est mort assassiné PAR NOS POLITIQUES. Ceux sont eux qui doivent accompagner au Tribunal sur le banc des accusés les deux ordures qui ont violenté et tué ce jeune.

island girl 10/06/2012 09:49


Cet arabe est laissé en liberté ....je sais ce qui me resterait à faire à la place de la famille ...oeil pour oeil ,quand il n'y a plus de justice le peuple doit se réveiller et agir..

jpb 10/06/2012 09:16


la peine de mort doit être rétablie pour ses raclures.