Valeurs Actuelles: l'Islam avec clarté de Frédéric Pons

Publié le 15 Novembre 2010

              Je pense à ces "amis politiques" qui m'ont dit que j'en faisait trop sur l'islam alors que partout s'annonce la montée d'un ras le bol immense des citoyens de France et d'Europe. Et si c'était mes "amis politiques" qui n'en faisaient pas assez? Par crainte? Par lâcheté? Un manque chronique de courage? Hypocrisie, insouciance, espérance naïve, croyance en une reconnaissance électorale? Bêtises, que sais-je encore?

               Pour ma part, je reste convaincu qu'il est grand temps de réagir et de remettre en avant nos valeurs républicaines, nos lois et surtout celle protégeant la laïcité. Cette citation de Marie France Garaud trouve tout sons sens:  Assez des médiocrités et des nonchalants de l’action. Assez des gestionnaires de la décadence.

L’islam avec clarté

La France a accueilli ce lundi 8 novembre un premier contingent de 36 chrétiens irakiens, blessés le 31 octobre dans l’attaque terroriste de la cathédrale syriaque catholique de Bagdad (52 policiers et fidèles tués).

La France est bien dans sa vocation – parfois négligée – de “patrie des droits de l’homme” ou de “fille aînée de l’Église” quand elle se préoccupe du sort des chrétiens d’Irak, comme elle pourrait d’ailleurs le faire avec plus de sollicitude de ceux de Chine, de Cuba, de Turquie ou d’Algérie. Doit-elle pourtant se satisfaire de ce seul devoir humanitaire, au risque d’encourager les partisans du djihad à vider ces régions de toute présence nonmusulmane ?

Le martyre de l’Église d’Irak (comme d’autres), tout autant que la vague populiste en Europe, devrait conduire nos responsables à une réflexion utile sur la place réservée aux chrétiens en terre d’islam, à l’aune de celle des musulmans dans les pays laïcs, dans un esprit de “réciprocité religieuse”. Les évêques d’Orient réunis à Rome ont eux-mêmes lancé ce débat. Mgr Raboula Antoine Beylouni, archevêque libanais d’Antioche, s’est montré très clair sur la réalité du dialogue avec l’islam, « difficile et souvent privé d’effectivité ». Sans doute trop clair, son exposé a été “caviardé” d’une vingtaine de lignes dans la version diffusée par l’Osservatore Romano, l’organe officiel du Vatican. Ce passage mérite pourtant d’être cité.

Mgr Beylouni attire l’attention sur les sujets d’ordre pratique et social, « difficilement abordables lorsque le Coran ou la sunna les a abordés », et parle du Coran : « Il inculque au musulman la fierté d’avoir la seule religion vraie et complète. […] C’est pourquoi, il vient au dialogue avec cette supériorité et avec l’assurance d’être victorieux. […] Dans le Coran, il n’y a pas d’égalité entre l’homme et la femme, ni dans le mariage lui-même […] ; ni en matière d’héritage où l’homme a une double part ; ni dans le témoignage devant les juges où la voix de l’homme égale la voix de deux femmes, etc. Le Coran permet au musulman de cacher la vérité au chrétien et de parler et d’agir contrairement à ce qu’il pense et croit. Dans le Coran, il y a des versets contradictoires et des versets annulés par d’autres, ce qui donne au musulman la possibilité d’utiliser l’un ou l’autre selon son avantage. […] Le Coran donne au musulman le droit de juger les chrétiens et de les tuer par le djihad. Il ordonne d’imposer la religion par la force, par l’épée. […] C’est pourquoi les musulmans ne reconnaissent pas la liberté religieuse, ni pour eux ni pour les autres. » Mgr Beylouni n’est pas hostile au dialogue. À condition, précise-t-il, qu’il soit mené « par des interlocuteurs chrétiens capables et bien formés, courageux et pieux, sages et prudents […] qui disent la vérité avec clarté et conviction ».   Frédéric Pons

 

L-islam-avec-clarte--Valeurs-Acteulles.jpg

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

muller marie-claire 15/11/2010 20:34




Le multiculturalisme en Europe est mort, et bien mort ».



Extraits principaux :


« Le multiculturalisme en Europe est mort, et bien mort.


Des milliers de gens donnent déjà de la voix et se font entendre, pour s’opposer à l’incessante islamisation de la société.


Et ils seront bientôt des millions : des gens qui en ont assez du politiquement correct, qui en ont assez qu’on leur dise ce qu’ils ont le droit de dire ou de penser, et qu’on leur ordonne de
respecter une religion qui ne respecte absolument personne.


Ces gens découvrent, lorsqu’ils s’expriment, qu’ils ne sont pas seuls, et qu’ils ne sont en rien des fascistes, des agitateurs haineux, ou des racistes, malgré ce que ne cesse de répéter une
presse lâche et malhonnête.


Comme beaucoup de ces gens, moi, je m’oppose à l’islam. Pour la simple raison que l’islam s’oppose à moi, et à tout ce je crois juste. Et je me fiche de ce qu’éprouvent les musulmans, ou
n’importe qui d’autre.


Je pense que le traitement infect des femmes dans l’islam est un crime contre l’humanité, et rien de moins. Il est totalement immoral. Il n ‘y a pas de zone intermédiaire. Il est injustifiable,
impardonnable, et il empoisonne la terre entière.


Tous ceux qui se sentent offensés peuvent continuer à l’être et aller se faire foutre, avec tout le respect que je leur dois.


Qu’ils passent toutes les lois qu’ils veulent [contre la liberté d’expression] ! Ils peuvent en faire des guirlandes, ou les agiter comme autant d’étendards du haut des minarets de chaque
mosquée.


Nous résisterons à ces lois, et nous les renverserons.


Car ce sont des lois de lâches, d’amadoueurs, dont les mensonges multiculturels frelatés ne seront bientôt plus qu’une embarrassante souillure de l’histoire.


Et le plus tôt sera le mieux. »


——————————-



«L’objectif [du procès Wilders et du procès autrichien] est de réduire au silence toute opposition. Et de montrer que vous serez, vous
aussi, traité comme un criminel si vous osez exprimer une opinion négative sur la religion la plus arriérée, la plus violente et la plus intolérante de la planète. »



——————————-


Texte intégral :Pat Cordell ne mache pas ses mots



muller marie-claire 15/11/2010 19:30



Oui accueillons les gens persécutés et expédions ceux qui nous pourrissent la vie aux expéditeurs:l'Arabie Saoudite ,la Turquie,l'Algérie et rétablissons des vérités concernant Israël et la
palestine:


Bonjour, je tiens absolument à vous communiquer ce que je viens de lire sur le blog de Rose de Tel-aviv
http://ma-nouvelle-vie-en-israel.blog.tdg.ch/archive/2010/11/10/mythes-mensonges-et-realites-sur-la-palestine.html


 


 


Mythes, mensonges et réalités sur la Palestine






Mythes, mensonges et réalités sur la Palestine par Jean-Marc MOSKOWICZ


http://www.europe-israel.org/2010/11/09/mythes-mensonges-et-realites-sur-la-palestine-par-jean-marc-moskowicz/


Depuis la Guerre des Six Jours de 1967 pendant laquelle Israël infligea une défaite cuisante aux armées Arabes qui s’étaient coalisées pour détruire ce jeune pays, les populations
arabes déplacées se sont réfugiées en Jordanie, au Sud Liban, en Syrie et en Cisjordanie.


Puis vint la Guerre du Kippour, nouvelle attaque d’Israël par ses voisins aux fins de détruire Israël et rejeter les « juifs à la Mer ». Cette guerre fût meurtrière mais
Israël en sortit à nouveau vainqueur infligeant une nouvelle défaite aux pays arabes belligérants.Constatant ainsi l’échec de cette politique de guerres contre Israël qui semblait de plus
en plus invincible, certains intellectuels Arabes dont Yasser Arafat, jeune égyptien qui n’avait jamais réellement vécu en Palestine, commencèrent à penser à une autre forme de lutte
armée contre Israël. Leur seul but n’était pas de créer un état Palestinien mais de rejeter les Juifs à la Mer car ils ne supportaient pas la création d’un Etat Juif depuis 1948.



De cette nouvelle forme de guerre contre Israël sont nés plusieurs mythes palestiniens qui, à force d’être mille fois rabâchés, ont fini par devenir une sorte de
« vérité ».


Israël n’a jusque là rien fait pour dénoncer ces mythes, trop préoccupé par la défense du territoire pour comprendre que la guerre s’était déplacée sur le terrain de la
communication et de la désinformation.


Les « Palestiniens » eux l’ont compris depuis longtemps. D’ailleurs, il est temps de leur redonner leur vraie appellation : les Arabes !


En effet, sans refaire toute l’histoire de cette région il est important de rappeler que les populations Arabes vivant en Palestine, en dehors de quelques tribus bédouines, ne sont
arrivées en masse qu’après que les Juifs aient commencé à rendre prospère ce pays, environ après la seconde Alyah.


Les juifs avaient relancé une économie, créé des emplois agricoles et industriels et ce pays dont tout le monde se moquait éperdument commençait à revivre ce qui attira les
populations Arabes en quête de revenus.


Le propos de cet article n’est pas de réécrire toute l’histoire du Peuple Juif et d’Israël mais de rétablir certaines vérités en démontrant que la
« vérité Palestinienne » n’est basée que sur des mensonges et des mythes créés de toutes pièces pour servir leur cause dans le seul but de détruire Israël.


——————————


Le premier de ces mythes est celui de la présence Palestinienne sur ces terres depuis toujours :


Pour combattre ce mythe d’une présence majoritairement Arabe en Palestine il existe quelques documents très peu connus d’observateurs « neutres » qui permettent d’établir
une présence majoritairement juive en ces terres depuis très longtemps :


1/ Un ouvrage historique capital sur cette question, écrit au XVII ème siècle, apporte un nouvel éclairage de la plus haute
importance.


« Voyage en Palestine »‘, est le titre d’une oeuvre écrite en 1695, par Hadrian Reland (ou Relandi), cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie
hollandais. Le sous-titre de l’ouvrage, rédigé en latin, s’intitule: « Monumentis Veteribus Illustrata », édité en 1714 aux Editions Brodelet.  L’auteur de cet ouvrage, l’un
des premiers orientalistes, connaissait les langues hébraïque, arabe et grecque (ancien).


En 1695, Relandi (ou Reland) est envoyé en voyage d’études en Israël, en Palestine d’alors, pour un objectif bien spécifique: recenser plus de 2500 lieux (villes et villages)
apparaissant dans le texte du Tanah (Bible) ou de la Michna, dans leur appellation originelle. A chaque fois, Reland y mentionne le nom hébraïque tel qu’il apparaît dans le texte et le
verset exact auquel il se réfère. Reland y fait également figurer son équivalent en Latin-Romain ou Grec ancien.


Outre ce remarquable travail linguistique, l’auteur opère surtout un recensement de l’époque, pour chaque localité visitée: d’abord une considération d’ordre général spécifiant que
la terre d’Israël d’alors est pratiquement déserte, très peu peuplée.


La majorité de ses habitants se concentre alors dans les villes de Jérusalem, Acco (Acre), Tsfat (Safed), Yafo (Jaffa), Tveria (Tibériade) et Aza (Gaza). Surtout, le constat établi
par le géographe conclut à une présence dominante de Juifs sur cette terre, quelques Chrétiens et très peu de Musulmans, dont la plupart étaient des Bédouins.







« Palestina » voyage en Palestine par Hadrian Reland




Quelques remarques extraites de cette passionnante étude:



Aucune localité d’alors ne propose de nom ou de source arabe;


La grande majorité de ces villes ou villages possède un nom hébreu, quelques-uns en Grec ou LatinRomain;


Pratiquement aucune ville qui possède aujourd’hui un nom en arabe n’en possédait à l’époque: ni Haïfa, ni Yafo, ni Naplouse (Shehem), Gaza ou Djénine;


Aucune trace dans les recherches de Reland de sources historiques ou philologiques établies aux noms arabes, plus tardifs, de Ramallah. Al Halil (Hébron) ou Al Qods
(Jérusalem);


En 1696, Ramallah s’appelle « Bet







domi 15/11/2010 18:39



Je dis tout simplement accueillons tous les chrétiens maltraités à l'étrangers et sortons tous les musulmans de nos pays d'Europe. Qu'ils retournent chez eux, vivre leur religion comme ça les
arrange, nous n'avons pas à nous en meler, ou qu'il aillent en Arabie saoudite, pays riche et même très riche qui pourra les accueillir.