Vandalisme contre des symboles et communautés juives dans toute l'Europe.

Publié le 23 Juillet 2012

anklam21-276x135.jpgDes vandales ont profané le cimetière juif dans la ville allemande d’Anklam ce week-end. Selon la police locale, les vandales ont brisé des pierres tombales et, dans certains cas, les ont complètement déracinées.

Ce n’est pas la première fois que des cimetières juifs en Allemagne ont été profanés par des vandales antisémites. En 2008, un cimetière juif dans la ville de Gotha a été profané, les vandales avaient suspendu une tête de cochon sur une étoile de David en métal. A côté de la tête de porc il y avait écrit : « Six millions de mensonges. »

Des antisémites ont également vandalisé un cimetière juif à proximité d’Erfurt avec un verre cassé et un liquide rouge à l’entrée.

Il y a trois semaines, 43 tombes dans deux sections juives du cimetière principal de Vienne ont été profanées. Les pierres tombales et les dalles ont été trouvés renversées ou endommagées au cimetière central de la capitale autrichienne, mais aucun graffiti n’a été trouvé sur les tombes.

Plusieurs semaines avant cela, un cimetière juif a été vandalisé dans la ville de Rivne en Ukraine occidentale. Les vandales ont éclaté des lampadaires et ont profané une plaque à la mémoire de 17.500 Juifs ukrainiens assassinés dans la Shoah. Les réverbères brisés ont été posés sur le sol et disposées pour énoncer des phrases insultantes.

En Avril, des membres de la communauté juive à Genève, en Suisse, se sont réveillés pour découvrir que des symboles antisémites avaient été tagués durant la nuit sur un monument commémorant les victimes de la Shoah qui avaient vécu dans la ville.

Un récent rapport a montré qu’il y a eu une augmentation du nombre d’incidents antisémites rapportés en Suisse. Le rapport de la CICAD, une organisation basée à Genève qui coordonne la lutte contre l’antisémitisme et la diffamation, montre que le nombre de d’actes antisémites ont augmenté de 28% en 2011, un total de 130 cas, par opposition à 104 l’année précédente.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Marie-claire Muller 24/07/2012 15:02


Qui est « l’ange bulgare » qui a aidé les victimes de l’attentat terroriste à Burgas ?


juillet 23rd, 2012
CSL-Europe-Israël.org





Peu de temps après l’attentat à l’aéroport de Burgas qui à coûté la vie cinq Israéliens et un Bulgare, une jeune femme de 27 ans, Kalina Kromovh, n’a pas hésité une seule seconde avant de venir
prêter main-forte aux équipes de secours israéliens arrivées sur place quelques heures plus tôt. 


A l’annonce de la terrible nouvelle, Kalina Kromovh s’est tout de suite précipitée vers l’hôpital qui accueillait les victimes de l’attentat. La jeune femme à passé toute la nuit aux cotés des
secours israéliens. Tellement concernée par le sort des touristes israéliens, elle n’a pas su retenir ses larmes lorsque les familles des victimes apprenaient la perte de l’un de leur proche.
« Sans elle, nous étions sourds et muets », admet le chef de la mission de sauvetage, le professeur Gabi Barabash.


La mission de secours venue d’Israël a atterri en Bulgarie à minuit entre mercredi et jeudi, soit six heures après l’attaque contre les touristes israéliens.
Une fois arrivés à l’hôpital, les blessés étaient déjà là, par dizaines, et attendaient d’être soignés. Il régnait un immense désordre et les médecins israéliens savaient que la nuit allait être
longue.


C’est à ce moment la, que la jeune députée arrive, en jeans, t-shirt et sandales. Elle se présente comme bénévole venue aider.  Au départ, les Israéliens ont pensé qu’elle travaillait à
l’hôpital.


Le professeur Gabi Barabash rajoute : « Deux heures plus tard, après nous avoir aidé à la traduction et à la médiation entre moi et le directeur de l’hôpital, j’ai demandé une assistante
locale qui était cette femme venue nous aider toute la nuit. Elle a souri nous a dit qu’elle était membre du parlement…La plus jeune membre du parlement. Elle est restée avec nous depuis le début
de l’intervention, n’a pas fermé l’œil de la nuit et nous a aidé dans toutes nos démarches. »


Selon Barabash : « la communication avec les professionnels locaux a été extrêmement difficile. Presque personne ne parlait anglais, même les médecins qui parlaient l’anglais ne parlaient
pas clairement Vous ne pouviez pas comprendre un mot de ce qu’ils disaient, elle nous a aidé avec toutes les notes et les formulaires médicaux. Sans elle, nous étions sourds et muets. »


Klina Kromovh déclare : « Je suis arrivée quand j’ai réalisé ce qui s’était passé, il était important pour moi que les gens qui ont été blessés dans l’attaque ne se sentent pas seuls, je
savais qu’ils auraient des difficultés à communiquer avec le personnel médical et la police, alors je suis venue. Je voulais faire tout mon possible. C’était important pour moi de donner aux
Israéliens le sentiment que quelqu’un se souci d’eux dans cette horreur. Si vous savez que vous n’êtes pas seul, cela suffit parfois à vous sentir un peu mieux. »


Lorsque le quotidien Israélien Ynet l’interroge et lui demande pourquoi elle a fait ça ?


Elle répond : « Pour moi, ce n’est pas important de savoir d’ou vous venez, c’est mon devoir d’aider toute personne dans une telle situation, nous sommes tous humains et le terrorisme
est le terrorisme. Le terrorisme n’est pas seulement un problème pour Israël ou la Bulgarie. Tous les citoyens du monde devraient être concernés par ce phénomène. Les Israéliens vivent dans la
peur constante. Comment pouvez-vous vivre comme ça ? »


Source : Cool Israël


 


*Propriété du
site www.europe-israel.org

Marie-claire Muller 23/07/2012 18:21


Silence ! C’est Israël qu’on assassine


23 juillet 2012 | Classé dans: antisémitisme,Israël,Moyen-Orient,Terrorisme | Posté par: Rachel Franco





Trois petites informations du jour me font entendre cet ordre dans le concert des Nations. Bien sûr, pour l’entendre, il faut s’habituer à prêter attention aux intentions pernicieuses au-delà des
mots.


La première de ces informations annonce de manière définitive qu’aucune minute de silence ne sera observée lors de l’ouverture des Jeux olympiques pour la mémoire des athlètes israéliens,
assassinés aux Jeux olympiques de Munich en 1972.


Les morts sont balayés derrière le rideau et le spectacle continue, car il faut que la fête soit belle ; il n’est donc pas question d’évoquer la mort de ces sportifs israéliens et ce même pas une
petite minute. Mais à vouloir taire la réalité du terrorisme, celui-ci s’invite comme un grand à l’occasion des présents Jeux olympiques ; il n’est pas un journaliste sérieux qui n’a pas fait un
commentaire sur les mesures de sécurité draconiennes prises par les Anglais… pour éviter un attentat terroriste. L’armée elle-même a été requise ! Je n’ose imaginer les commentaires de la presse
internationale si les J.O avaient eu lieu en Israël et que Tsahal assurait la défense des citoyens. Enfin, on ne parlera pas du terrorisme, on ne dira rien pour évoquer la mémoire de ces jeunes
athlètes venus à la fête du sport et de la fraternité entre les peuples. On se contentera de voir transpirer la menace islamiste. Silence, on tourne !


La seconde information concerne les inquiétudes américaines et les amicales recommandations qui consistent à mettre en garde Israël contre toute action militaire en Syrie, et ce bien que
l’arsenal militaire syrien, voire des armes chimiques de Bachar Al Assad risquent d’être transférés vers le Liban, direction le Hezbollah, grand ami d’Israël devant l’Éternel !


En d’autres mots, on reconnait toujours à Israël le droit de se défendre, mais lorsque le danger est sur le point de se concrétiser, on lui demande de ne pas bouger, de ne pas
parler, de ne pas réagir et d’attendre que la guerre à venir fasse des milliers, voire des centaines de milliers de victimes parmi les siens, et ce, en gardant un calme serein.


C’est entendu, un Juif mort peut encore réveiller la peine et la compassion, mais si une armée juive ose défendre ses citoyens, on hurle au blasphème. Allons, silence, tenez-vous bien et laissez-
vous faire !


La troisième information concerne le programme nucléaire iranien qui s’active vers sa réalisation effective. On a tant discuté, tant tergiversé pour en définitive attendre encore et encore et
donner une vraie « chance aux sanctions » prises contre le régime iranien afin de le faire plier et renoncé à un armement nucléaire. De qui se moque — on ?


Dans le cadre des discussions amicales de la chef de la diplomatie américaine, Mme Clinton avec Mr Netanyahou et le Président Peres, j’ai relevé la perle suivante :


« C’est dans ces moments-là que des amis comme nous doivent penser ensemble, agir ensemble. Nous sommes appelés à être intelligents, créatifs et courageux ». Il est vrai que son discours évoquait
les révolutions ambiantes des régimes avoisinants, ceux-là mêmes qui se sont mis en marche avec le délicieux printemps des bourgeons en fleurs.


Il faut être clair : « Penser et agir ensemble » veut dire retenir les mains israéliennes jusqu’aux prochaines élections présidentielles aux U.S.A, et « être intelligents, créatifs et courageux »
signifie ne pas bouger, se faire discret .


Silence, c’est Israël qu’on assassine doucement ! Mais ne le dites pas, il faut que le spectacle macabre continue.


Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Rachel Franco pour www.Dreuz.info. Jérusalem, le 22 Juillet 2012