Christian Vaneste brise un tabou. UMP-FN, un peu de réalisme?

Publié le 2 Octobre 2010

               Quand je vous disais il y a un an que les lignes bougent au sein des partis politiques, mes amis se gaussaient gentiment tandis que d'autres ricanaient sur ma dérive droitière voire frontiste disaient-ils sous prétexte que je parlais de l’islam et de laïcité. Qu’importe si dans le même temps  je défendais le droit des femmes, l’égalité des sexe, la libre expressio et le message gaulliste, le vrai, pas celui des politiques qui ont trahis son héritage en vendant la France à l’Europe  et en ouvrant en grand les vannes de l’immigration tout en prenant la posture adéquat devant la tombe du général.

Je me droitisais disaient-ils et disent-ils encore et forcément, je devenais un gêneur extrême sans être pour autant un extrémiste. Ma tête dépassait du lot il convenait de la couper. On verra d’ailleurs aux résultats des élections internes à l’UMP si je suis réélu ou non. Ce qui déterminera sans doute mon positionnement futur.  

Lors des élections régionales, je fis remarquer les scores étonnant du FN sur un certain nombre de ville et singulièrement la mienne sans qu'il n’y ait eu aucun représentant du FN connu ou ayant milité sur les marchés. Ce fût uniquement sur le nom du Front National.

                 Vu la suite des événements, il semble que ma remarque n'a servi strictement à rien en interne à l'UMP ni ailleurs. Les lignes continuent toujours de bouger et à l'heure de changements important au sein du Front National ou l’on voit une Marine Le Pen poursuivre avec succès la dédiabolisation de son parti politique, il me semble que ces lignes accélèrent le mouvement.

               Nous avons vu la naissance de la Droite Populaire composée de trente cinq Député de l'UMP conscient qu'il faut revenir aux valeurs nationales, au programme de 2007 et cesser de s'accoquiner avec les représentants d'un islam conquérant qui,  de toutes façons se moque bien des édiles qui leur donnent les escabeaux, les marteaux, les mosquées et autres faucilles pour mieux s'implanter! Ces édiles s'imaginent qu'ils seront éternellement récompensés et réélus s’ils se mettent bien avec les islamistes radicaux qui eux ne cesseront jamais d'exiger l’application de la charia partout ou ils s’implantent! Les pauvres fous se fourvoient !  Ils scient la branche sur laquelle ils sont assis eux et les leurs!

             La ligne directrice de notre association  étant, protégeons la France, notre Pays, la Laïcité contre la charia qui s'installe peu à peu dans nos institutions. Aujourd'hui, il faut-être soit stupide ou inconscient pour ne pas se rendre compte que le combat et au delà d’un combat de droite contre la gauche classique. Il s'agit d'un combat des valeurs. Nos valeurs de libertés sont en danger! Nos libertés sont en périls particulièrement lorsqu’un Président de notre Assemblée Nationale cède aux diktats d'une autorité religieuse!

              Les lignes bougent et déjà certains Députés se demandent s'il ne faudrait pas envisager des ententes avec le FN. D'autant plus, que beaucoup de militants UMP se posent depuis longtemps cette question! Ces Députés craignent un départ massif des militants vers le FN. Ils disent, pourquoi faire un Front Républicain contre le FN alors que les Socialistes ne font jamais de Front Républicain contre l'extrême gauche et ces trotskistes qui veulent la mort de nos sociétés ?

           Les lignes bougent et j'en suis ravi car si nous ne sommes pas capable de comprendre que si c'est la gauche qui gagne les élections, la France sera ce qu'est Lilles aujourd'hui avec Martine Brochen-Aubry ou Roubaix avec un autre socialiste. Des havres de paix pour les islamistes tueurs de nos libertés civiles et humanistes.

Gérard Brazon

              

Les lignes bougent et je vous laisse lire l'interwiew de Christian Vaneste sur Marianne2 (Journal en ligne qui est loin d'être de droite).

 

Christian Vanneste, de la Droite populaire, refuse l'alliance avec le Front National qui lui parait prématurée, même avec l'ascension de Marine Le Pen. Mais il propose en creux une sorte de front républicain de droite avec cet argument-choc : pourquoi le PS pourrait-il accueillir les électeurs trotskistes tandis que la droite devrait refuser ceux du Front National ?
Comment gérer Marine Le Pen ? En lui piquant son discours ? Certes, mais tandis que Nicolas Sarkozy tente en vain de durcir le ton sur les thèmes de l'immigration et de la sécurité, le Front Ntaional, lui, séduirait de plus en plus l'électorat umpiste. Certains, à l'UMP, prennent la menace très au sérieux. Fin juillet, le collectif de la Droite populaire, créé par Thierry Mariani et Lionnel Luca, a tapé du poing sur la table déjà bancale du chef de l'Etat. Raison de leur grogne : l'oubli «des valeurs fondamentales prônées par la droite». Et en toile de fond, la crainte que le FN ne se contente plus seulement de grignoter leur électorat mais le dévore d'ici 2012. Et si le meilleur moyen de faire barrage à l'extrême droite était encore de s'allier avec elle?
Christian Vanneste, député UMP du Nord et membre du collectif, a accordé une interview au journal Minute dans laquelle semblent se dessiner les contours d'une alliance éventuelle avec le FN. Marianne2 a voulu comprendre les conditions de réalisation d'un tel rapprochement. 

Marianne 2 : Dans votre interview au journal Minute, vous déclarez «La solution qui marche c'est : pas d'ennemis à droite», vous envisagez donc une alliance avec l'extrême-droite?
Christian Vanneste : Non, je précise immédiatement qu'il y a deux conditions : que l'extrême droite ne tienne plus de propos outranciers et qu'elle n'ait plus de comportement inacceptable. Cela étant dit, en Italie, Gianfranco Fini a succédé à Almirante, qui était le fondateur du Mouvement social italien et un ancien préfet de Mussolini. La situation est un peu analogue ici, si vous avez quelqu'un qui devient raisonnable pourquoi pas, c'est une sorte de voeu pieux.

M2 : Quand vous parlez de propos outranciers, vous pensez à quoi exactement ?
C.V. : Les dérapages à jet continu auxquels on a eu droit. Les fours crématoires et autres bêtises de ce genre...

M2 : Mais ça c'était Jean-marie Le Pen...
C.V. : Bien sûr mais sa fille est extrêmement agressive aussi. Cela dit on peut très bien imaginer que les gens évoluent, à partir du moment où ils deviennent raisonnables dans leurs propos et dans leur comportement, ils représentent la droite de la droite, comme cela existe dans tous les pays du monde sans que cela ne pose de problème aux droits de l'Homme ou aux grandes valeurs essentielles de la République. Vous avez ça dans tous les pays, ça n'a rien d'ingérable, la preuve en Italie même si certains coassent contre Berlusconi, c'est un pays dans lequel il fait bon vivre et qui n'est pas une menace pour les libertés essentielles des citoyens et des hommes.

M2 : Si Marine Le Pen prenait la tête du parti, une alliance serait-elle davantage envisageable?
C.V. : Ce n'est pas une question de personne. Pour l'instant, je suis dans l'expectative. L'idéal pour la droite c'est de ne pas avoir d'ennemis à droite, comme la gauche - sans qu'on ne lui en fasse d'ailleurs jamais la remarque- ne souhaite pas avoir d'ennemis à gauche, la logique de Martine Aubry est de ne pas avoir d'ennemis à gauche. Elle accepte que Besancennot fréquente ses amis, ce qui est tout aussi insupportable parce que je ne vois pas en quoi l'héritier de Trotski serait plus respectable que l'héritier des régimes liés à l'extrême-droite.
Je pense que dans l'évolution des choses on assiste à une sorte de modération de la partie la plus à droite de la droite. Si elle devient fréquentable, je n'exclue pas la possibilité d'une alliance. Mais c'est avec des si, mon texte est très précis, je dis bien qu'il faut qu'ils changent d'abord.

M2 : Qu'est-ce qui pourrait concrètement vous faire changer d'avis?
C.V. : A partir du moment où on aura l'impression qu'une rupture a eu lieu. Par exemple, Almirante avait installé des portraits de Mussolini partout, qu'a fait Gianfranco Fini ? Il les a descendus, c'est un beau symbole. Je voudrais qu'on rompe avec certaines pratiques, certaines fréquentations douteuses.
S'ils respectent la République, les droits de l'Homme, les valeurs essentielles, pourquoi pas, mais c'est loin d'être le cas.

M2 : Que répondez-vous à Marine Le Pen quand elle parle de lepénisation des esprits à droite?
C.V. : C'est un mot ridicule, inventé par la gauche. Je me souviens quand Chalandon a gagné les élections en 86 dans le Nord, il employait le terme de «préférence nationale» et cela semblait tout à fait naturel que celui qui était à la tête du RPR diseque les citoyens français ont plus de droits que les étrangers. Quelque temps plus tard, ce discours est devenu un discours Front national. Lepénisation non, il y eu une sorte de stigmatisation des idées de droite en raison notamment de Le Pen. Le Pen est le sergent recruteur de la gauche puisqu'il a brulé les idées de droite et interdit toute espèce d'alliance. Le Pen a été un merveilleux cadeau à la gauche, si on peut en finir avec ça, plus d'ennemis à droite, ça me va très bien parce que ce sera le moyen de gagner.

M2 : Une alliance pour 2012?
C.V. : Non, ce serait beaucoup trop prématuré, c'est un changement à long terme. Mais ce n'est pas de moi dont dépend le changement des attitudes. Mon hypothèse est complètement abstraite par les temps qui courent.

 

 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis CLAUDE 02/10/2010 16:23



oui espérons que notre droite ne sera pas aussi stupide que la gauche, et quelle unira toutes ses forces pour remettre la France sur les rails de la démocratie et la laicité.



Gérard Brazon 02/10/2010 19:57



Espérons... mais l'espoir ne donne pas à manger!



Patrick Perrin 02/10/2010 15:42



Enfin! il y a bien longtemps que j'attendais un tel article de la part d'un responsable de l'UMP. Merci



Gérard Brazon 02/10/2010 19:57



Et moi donc. Attendons pour voir si cela se concrétisera un jour! Dans tous les cas, assez de ce Front Républicain suicidaire!