Viande de cheval et viande Halal : le coup de gueule d'un vétérinaire

Publié le 4 Mars 2013

Message transmis par des internautes : Merci à Philippe Travandon, vétérinaire. Maintenant il nous faut passer à l'action contre les hommes politiques qui ont autorisé cette dérive en France :

l'abattage rituel  souille non seulement les carcasses, mais installe officiellement la Charia dans notre pays.

Avec la distribution généralisée et à l'insu  des consommateurs de morceaux dont la communauté musulmane ne se sert pas - , outre des dangers sanitaires - les consommateurs, à leur insu sont contributeurs au financement de l'islam, à son implantation en France et en Europe et au financement d'organismes terroristes. Nous contribuons quotidiennement à notre propre MORT. 

N.V



Monsieur Hollande trouve ça très grave !  Et toute l'Europe est en émoi !  Je suis d'accord qu'il y a tromperie.

Beaucoup de gens n'ont plus envie de manger de cheval parce qu'ils sont cavaliers, parce que c'est un animal de compagnie ou simplement parce que c'est un animal "noble". 

Mais le lapin, la chèvre, l'agneau, le veau et sa maman sont très mignons aussi.
Il y a quelques dizaines d'années il y avait des boucheries chevalines dans toutes les villes et les villages et beaucoup de gens mangeaient du cheval.

Il y a tromperie, certes, mais les gens n'ont couru aucun risque sanitaire et la qualité de la viande de cheval n'a rien à envier à celle du bovin.

 
Je me fais un peu l'avocat du diable, car je trouve scandaleux que les médias et les politiques fassent une telle histoire de la substitution de viande bovine par de la viande chevaline, alors qu'ils passent sous silence, voire même favorisent la commercialisation tout azimut de la viande halal dans notre pays. 


Alors que nous sommes un pays laïque et normalement chrétien, civilisé, pour des principes purement commerciaux pour les uns et politiques pour les autres, nous permettons l'abattage cr uel de nos animaux pour des raisons religieuses, alors que nous nous étions efforcés depuis des années d'établir un protocole d'abattage limitant au maximum le stress et la souffrance animale. 

Non seulement cette pratique est cruelle, mais en plus elle est contraire aux normes sanitaires. L'animal a la trachée et l'oesophage tranchés, sans être préalablement estourbi et peut donc vomir et souiller la carcasse. 

En plus de cette méthode contraire à nos principes du respect de l'animal dans notre pays, par commodité commerciale, les distributeurs nous font manger de la viande halal sans que nous le sachions. 

En quoi, nous qui ne sommes pas musu lmans, devons-nous manger de la viande halal, contraire à tous nos principes. il a même été question d'en servir à nos enfants dans les cantines. 

Là il y a tromperie, une énorme tromperie. On mange la viande d'un animal qui a stressé, souffert; une viande qui a pu être contaminée et qui a été abattue selon un rite d'une religion qui n'est pas la notre. 

Alors, messieurs les politiques et messieurs les journalistes, faîtes votre métier, donnez à chaque problème l'importance qu'il mérite et ayez un peu de courage. Ca vous changera, et les français vous en seront reconnaissants. 

Docteur Philippe Travadon 
Vétérinaire

 

Et puis cette article d'Alain Dubos pour Riposte Laïque

 

Les divers scandales qui dissipent en ce moment, à grand-peine, l’opacité des filières de la viande en Europe, camouflent un peu plus celui des contaminations bactériennes par l’abattage halal. Lequel abattage généreusement élargi aux consommateurs non-musulmans permet, précisons-le encore une fois, à une multitude d’établissements de se faire du fric sur la dangerosité de leurs sales pratiques.

En France, des vétérinaires continuent en vain de souffler dans la corne de brume. Personne ne semble les entendre quand ils dénoncent avec force l’entretien d’une mortalité infantile intolérable par des autorités de fait complices des colibacilles pathogènes. Le Québec, où la vigilance sur l’islamisation de la société fait assez fidèlement écho à la notre, commence à s’inquiéter de la même dérive économique et sanitaire. Là-bas aussi, des professionnels de santé s’alarment et le font savoir.

Envoyé Spécial avait l’an dernier levé un lièvre que Monsieur Pujadas (1), dans son zèle à lisser l’Islam comme on le fait d’un manteau de fourrure, se garde pour le moment de faire sortir à nouveau du terrier où on l’a fait retourner à coups de pied dans le train arrière. Pourtant, tout bien considéré, il est clair que la technique halal dans les abattoirs, si elle est à priori étrangère au mélange boeuf-cheval-renard-blaireau-limaces, demeurera pour toujours le primum movens d’un désordre qui poursuit son oeuvre de mort chez les plus exposés d’entre nous, les enfants. Mais que vaut la vie d’une centaine d’entre eux lorsque, horreur suprême, on vous force à bouffer du canasson roumain recyclé sous forme de pains en Moldavie inférieure avant d’être congelé au Spitzberg, haché au large de la Hollande, mis sous cellophane en Écosse et acheminé vers nos assiettes via les autoroutes italiennes? Je plaisante, bien sûr. La congélation se fait aussi bien au Groënland.

Le mutisme de nos médias sur l’infection pérenne des consommateurs par la viande massivement halalisée est aussi obscène que leurs glapissements de vierges outragées à la découverte de jarret de purs-sang dans le filet-à-huit-cent-balles (B.Vian).

Ces jocrisses occupés loin des hopitaux où l’on dyalise les victimes méritent de la part du public un rejet aussi total que celui de la viande équi-bovine dont ils font la tambouille nommée information. Le cas échéant, il leur arriverait alors ce qui chagrine en ce moment leur distinguée consoeur Al-Jezzira, parangon comme on le sait des vertus journalistiques : une baisse de quarante pour cent d’audience dans le monde arabe, et l’obligation pour le cheik-chèque en charge de la finance de perfuser en urgence la malade ainsi anémiée.

Moralité : on ne peut prendre éternellement les gens pour des cons. Conclusion : certains, de par le vaste monde, ont, vu leur réaction à première vue saine, de l’avance sur nous qui continuons à mâchouiller du hamburger halal, vautrés devant Bein-Sport.

Alain Dubos

(1) David Pujadas est ce garçon qui, au spectacle de la première tour frappée à Manhattan laissa échapper un « Wouaah, génial » éthiquement rehaussé dans la seconde par le « c’est mieux que le Concorde, tout de même » d’un de ses compagnons de chaîne. Gens admirables. C’est le même Monsieur Pujadas qui signe ces jours-ci un livre avec l’imam Chalgoumi sur une religion n’ayant strictement rien à voir avec les attentats du 11 septembre. Douze ans de réflexion pour ça. Bravo l’artiste.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Yves IMBERT 05/03/2013 09:14


Bravo Monsieur Travandon, esqpérons que votre ordre ne va vous rappeler à la bien pensance, cela signifiera que des couilles  leur sont poussées

FRANHENJAC 04/03/2013 23:22


Quelle hystérie, même si j´aime les chevaux, il m´est arrivé souvent d´en apprécier la viande, je trouve le salami particulièrement délicieux, le steak également.


Ces animaux doivent un jour ou l´autre mourir, alors je ne comprends pas ces cris d´horreur !  C´est la manière de l´abattage qui doit être très contrôlé, car, tous les animaux ont droit à
une mort digne.


 

gilles 04/03/2013 16:34


oops   verbe excluer I guess!!!!!

gilles_fr 04/03/2013 16:22


"qui a été abattue selon un rite d'une
religion qui n'est pas la notre. "


votre prise de position en elle même
défendable eu Edgard à l'hygiène et la souffrance animale ..... mais tout de même ce genre de propos exclue les nombreux citoyens areligieux voire athées stricts qui vomissent avec une
quasi-égalité votre et les non votre religions!

Pivoine 04/03/2013 16:05


Les consommateurs devraient s'abstenir d'acheter du boeuf, peut-être que ça ferait bouger les choses !

aupied 04/03/2013 10:46


Vous avez raison Monsieur Travadon, toutes ces bêtes tuer de cette façon risque d'êtres contaminés , les égorgés de cette façon est indigne de la France de laisser faire des choses pareils ( il
est vrai que pratiquant la charia il ne faut pas s'attendre a autres choses de la part de ces gens là ) moi maintenant je ne mange que du porc au moins ça ils n'y touchent pas , et en plus
obligés d'une certaine façon les Français a manger comme eux , sommes nous encore en france oui ou non