Viande halal contaminée: Un communiqué de la Fondation Brigitte Bardot du 16/06/2011 :

Publié le 22 Juin 2011

Un communiqué de la Fondation Brigitte Bardot du 16/06/2011 :

Le 10 novembre 2010, sept organisations françaises de protection animale* alertaient les autorités, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée Nationale, sur les risques sanitaires graves dus à la présence de germes d’origine digestive, comme les E. coli, présents dans les steaks hachés.

Cette infection des viandes est accentuée par la généralisation de l’égorgement rituel des bêtes car l’impossibilité matérielle de ligaturer l’œsophage des animaux entraîne un «épanchement de matières stercoraires en provenance de l’estomac qui s’écoulent à travers la section béante de l’œsophage».

La Fondation Brigitte Bardot a remis, fin 2010, aux ministres de l’Agriculture et de l’Intérieur, ainsi qu’au Chef de l’État, le dossier de presse «De la souffrance des animaux… à la tromperie des consommateurs» dans lequel l’alerte est donnée (pdf) :

«Certains germes d’origine digestive pouvant être très pathogènes pour l’homme risquent ainsi d’être retrouvés dans des pièces de découpe (collier notamment) ou dans des steaks hachés préparés avec celles-ci. Avec l’abattage rituel, il y a donc un danger potentiel pour la santé humaine, tout particulièrement pour les enfants, les personnes âgées et les populations immunodéprimées».

 

Ces propos ont été confortés par la déclaration de Pascale Dunoyer, Chef du bureau des établissements d’abattage à la Direction Générale de l’Alimentation, dans le bulletin de l’Académie Vétérinaire de France : «Des pratiques liées à la mise en œuvre du rituel d’abattage peuvent avoir des conséquences en termes de salubrité et de sécurité des carcasses. Nous pouvons citer à ce titre le tranchage de la trachée et de l’œsophage qui peut provoquer le déversement du contenu gastrique (voire pulmonaire) sur les viandes de têtes, de gorge et de poitrine».

 

Face à ces mises en garde répétées et à l’attitude irresponsable des autorités devant ce grave problème de salubrité publique et de protection animale, la Fondation Brigitte Bardot demande au ministre de l’Agriculture de rendre publique les méthodes d’abattage des animaux en France et de ne plus s’opposer, comme il le fait actuellement, à la mise en place d’une traçabilité pour le consommateur via un étiquetage européen.

 

Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs,

Fondation Brigitte Bardot,

Confédération Nationale des SPA de France,

Conseil National de la Protection Animale,

Fondation Assistance aux Animaux,

Protection Mondiale des Animaux de Ferme,

Société Nationale pour la Défense des Animaux.

Voir l'article et les vidéos sur mon blog

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Respectvaleurs 23/06/2011 10:19



Il y a aussi des pbs avec l'abattage casher qu'il faut mentionner également, comme le fait la Fondation BB. La différence, c'est que l'abattage casher n'a pas vocation à se généraliser.



francis CLAUDE 23/06/2011 06:27



qui de nous oui qui de nous commun des mortels Français est au courrant de ces agissements et de ces mises en garde par certains organismes qui bien entendu doivent etres muselés au départ...dans
quel médiat sur quelle chaine en avons entendus parler? les Français ont ils compris de la vie de tout un chacun et a commencer par celle de nos enfants grands consomateurs de steacks hachés!!!
et cerise sur le gateau ces produits contaminés semblent vennir d'un région de la francarabia de la diva des islamistes Aubry/Brochent.....