Victoire des abstentionnistes, aux pays des aveugles et des sourds...

Publié le 15 Mars 2010

             Voici ce que j'écrivais hier: Le français n’est pas motivé ? Il y a bien longtemps qu’il sait que son vote n’a pas la force qu’il souhaiterait. Les référendums ont douché bien de ces français qui aimeraient que le pouvoir respecte leur choix au lieu de se passer de lui lorsque son choix ne correspond pas "aux décideurs". C’est sans doute toutes dans ces dérives du pouvoir envers les choix du peuple qu’il faut trouver des réponses à l’abstention. Les français se demandent, à tort ou à raison, à quoi cela sert-il de voter ?
             Il m'a suffit d'écouter les débats pour comprendre que le message n'est toujours pas compris par les politiques. Hormis Rama Yade qui, avec bon sens, disait que c'était une victoire des abstentionnistes. Tous les autres avec parfois une grande impudeur témoignaient de leur victoire à chacun. Le plus extraordinaire dans ce jeu de dupes, était François Hollande qui annonçait que le PS est devenu le premier parti de France. Observé, avec stupéfaction, un Daniel Cohn Bendit  fidèle à lui-même, qui n'avait d'autres soucis que d'occuper le terrain et le micro en affirmant que la gauche avait gagné les élections. Il fallut l'intervention de Xavier Bertrand pour l'obliger à admettre qu'Europe Écologie n'était pas un parti de gauche. Ce qui m'a fait doucement rigoler. Pour ma part, je sais qu'Europe Écologie est qu'un parti de gauche qui ne sert qu'à piéger les électeurs bobos et les naïfs. Car comment feront-ils ces deux là lorsqu'il s'agira de se positionner sur des dossiers économiques, écologiques qui les séparent politiquement. Si ce n'est le dossier de la voiture électrique, les lignes de chemins de fer, etc.
             Qu'importe, ils trouveront une solution car la soupe est bonne j'imagine. Encore une semaine à tenir. Une semaine de tractations laborieuses faîtes de compromis si ce n'est de compromissions ou les meilleures places seront distribuées pour quatre longues années. Jusqu'en 2014 et plus, avec la prime au sortant. Le tout est d'entrer au Conseil n'est-ce pas?
             Et l'on voudrait que le français s'enthousiasme. Lui que ne voit rien venir si ce n'est les augmentations diverses et variées et les menaces qui planent au dessus de lui. Le malaise est partout est pas seulement sur le logement, le chômage, la crainte de perdre son emploi. Sur son identité également. Et là, c'est de nouveau le grand silence. Pourquoi?
              Parce la gauche a plombé le débat le jugeant "raciste" ou "xénophobe". Le recul est manifeste et prouve, s'il le fallait, que la droite a perdu depuis longtemps la force de s'opposer à la dictature moraliste de la gauche. Je l'encourage à relire les textes des "grands socialistes" d'avant guerre sur les étrangers, la patrie et la Nation. On ne défend bien que ce l'on aime et ce en quoi l'on croit.
            Dans ce pays, pour la gauche, la seule identité qui compte est celle des clandestins qu'elle s'évertue à appeler "sans papiers". Les autres ne sont que des attardés franchouillards. L'homme de couleur est plus passionnant que la tête de craie. Nous en avons le retour de manivelle et je crains fort que ce ne soit qu'un commencement. Cette gauche mais aussi la droite feraient bien de regarder au delà des frontières si ce n'est en Belgique, en Hollande, en Suisse ou en Autriche pour sentir qu'un vent se lève.
           Sur des dossiers concernant l'identité, la sécurité dans les banlieues et les rues des grandes agglomérations, sur l'islamisation progressive et certaine de notre société et de l'Europe, la droite s'est mise aux abonnés absents. C'est donc le Front National qui récolte les fruits de ces reculades. Le courage politique qu'à incarné Nicolas Sarkozy en 2007 semble avoir disparu. Au secours, reviens Nicolas!

           Un mot sur la jeunesse qui ne s'est pas déplacé. Celle-ci ne comprend pas les enjeux. Hormis une jeunesse éduquée, instruite et encore. La plupart des jeunes ne s'intéressent pas à la politique. Sans doute, pour ces élections aurait-il fallu les coupler avec une inscription à une émission de téléréalité de type Secret story, Nouvel stars, etc. Vu le niveau intellectuelle des émissions et le succès qu'elles rencontrent auprès des jeunes il y aurait matière à s'interroger sur les liens de causes et d'effets. Là aussi, merci à l'éducation nationale pour cette jeunesse si bien formée à la vie de citoyen.  

La ville de Puteaux s'en tire mieux que la France en termes d'abstention. 46,91% au lieu des plus de 53%. Pour autant, il n’y a pas lieu de s'en réjouir car c'est la défaite de tous les partis politiques in fine.

  • Electeurs inscrits : 27518
  • Votants : 14608 (53,09%)
  • Bulletins blancs et nuls : 671 (4,59%)
  • Suffrages exprimés : 13927 (95,41%)

Valérie Pécresse (UMP) : 4880 - 35,01 %
Jean-Paul Huchon (PS) : 2857 - 20,50 %
Cécile Duflot (Europe Ecologie) : 2374 - 17,03 %
Marie-Christine Arnautu (FN) : 1234 - 8,85 %
Alain Dolium (MoDem) : 703 - 5,04 %
Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) : 484 - 3,47 %
Olivier Besancenot (NPA) : 440 - 3,16 %
Pierre Laurent (Front de Gauche) : 415 - 2,98 %
Jean-Marc Governatori ( Alliance Ecologiste indépendante) : 265 - 1,90 %
Jean-Pierre Mercier (Lutte Ouvrière) : 114 - 0,82 %
Axel de Boer : 112 - 0,80 %
Almamy Kanoute : 59 - 0,42 %


Commentaire:

 
Pour ce qui est du MoDem, le représentant local subit un énième échec. En effet, Christophe Grébert se ramasse une deuxième fois sur le plan électoral après la série d'échecs en local. Le MoDem de Puteaux est mal en point et fait moins en termes de score qu'un FN qui n'a aucun représentant dans la ville. Sans doute doit-il regretter de n'avoir pas immigré chez les Verts. Mais eux voulait-ils d'un représentant ayant la victimisation comme seul argument politique ?
A noter la petite percée de D.L.R (Debout la République) qui lui a comme représentant Julien CABRERA un illustre inconnu qui a tout de même réussit à mobiliser 484 électeurs soit que 219 électeurs de moins que la grenouille MoDem.

Gérard Brazon


Région-Puteaux 1er TourSource FIGARO

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article