(Vidéo) Il y a le Coran mais surtout les Hadiths, le vrai visage de l'islam.

Publié le 25 Juin 2014

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

Marie-claire Muller 26/06/2014 18:49








Syrie : les médias commencent à changer d’avis sur la révolution islamiste







26/06/2014 – Bulletin de réinformation – Les médias commencent à changer d’avis sur la révolution islamiste syrienne et irakienne. Le contexte international change les
discours médiatiques. La prise de contrôle du nord de l’Irak par des djihadistes et l’attentat perpétré à Bruxelles contre un lieu juif par un islamiste qui avait combattu en Syrie ont fait
évoluer les discours publics.


Comment cette évolution se manifeste‑t‑elle ?


Les différents médias ne mettent plus en avant les mêmes souffrances. Les grands journaux vont aux frontières du Kurdistan irakien autonome pour interroger des réfugiés fuyant le nouveau
pouvoir de Mossoul, encore plus islamiste que le précédent. Les médias changent aussi d’experts. Un certain nombre de médias ont interrogé Frédéric Pichon, historien et arabisant, à propos
de son livre Syrie, pourquoi l’Occident s’est trompé, paru aux éditions du Rocher.


Que nous apprend ce livre ?


Il décrit de manière précise et souvent cruelle les erreurs de la diplomatie française et atlantiste face au soulèvement islamiste en Syrie. Il met en lumière les choix extrémistes du Quai
d’Orsay. Choix de ne pas voir que dès le premier mois du soulèvement, des armes sont apparues chez les insurgés et des atrocités contre les forces du régime, comme ces policiers dépecés et
jetés dans une rivière à Jisr al Choghour. Choix aussi de refuser de recevoir et de laisser s’exprimer des opposants syriens modérés venus en France cinq mois après le début du conflit pour
demander une solution de compromis sans intervention étrangère. La diplomatie française a aussi largement utilisé l’argument moraliste à sens unique en attribuant systématiquement les
atrocités de la guerre au gouvernement syrien.


Comment s’expliquent ces choix contestables ?


L’incompétence et l’adhésion à une vision de fait néoconservatrice du monde ont pu jouer un rôle. Dans un État en grande détresse, la place des négociations de contrats d’armement et de
grandes entreprises avec le Qatar a aussi pu jouer un rôle.



Publié le 26 juin 2014 - Modifié le 25 juin 2014   '(NOVOPRESS)





Catégories : Actualité
internationale