Vidéo : L'improbable gouvernement socialiste augmente la TVA...!!!..

Publié le 7 Novembre 2012

Dénoncés par les communistes et les radicaux de gauche, les hausses de TVA ont surpris les députés PS, quatre mois après l'abrogation de la TVA sociale.

Moscovici, Montebourg, Cahuzac, Sapin : pas moins de quatre ministres se sont relayés hier à la tribune de l'Assemblée pour faire la pédagogie du plan compétitivité. C'était nécessaire tant la hausse de deux taux de TVA sur trois, programmée pour 2014, a pris les députés socialistes par surprise. « J'hésite entre le fou rire et la colère », confiait un élu de l'aile gauche du PS sous couvert d'anonymat. « C'est compliqué, je veux étudier le package d'ensemble », a éludé l'ancien ministre Jean Glavany. « C'est le 61eengagement de François Hollande, il va falloir l'assumer », a lancé l'élue des Hautes-Alpes Karine Berger dans le huis clos de la réunion de groupe, s'attirant la réplique immédiate du porte-parole des députés PS Thierry Mandon : « La compétitivité était dans ses engagements. » Afin d'éviter cette fois tout couac majeur, un argumentaire a été distribué aux parlementaires et les dirigeants de la majorité ont utilisé les mêmes éléments de langage : « Le gouvernement a fait le choix du courage après dix ans de gabegie et d'incurie » ; il présente « un plan d'ensemble » dont « l'enjeu majeur est l'emploi » ; donc les hausses -  « limitées » -de TVA n'ont « rien à voir » avec la TVA sociale de la droite, outil « unique » qui représentait une « ponction massive » sur le pouvoir d'achat.

Chez les élus de base, certains assument totalement : « C'est une fiction de croire qu'on peut redresser la France sans l'effort de tous », dixit le député de Paris Jean-Marie Le Guen. D'autres s'inquiètent du symbole : « En termes de communication politique, comment le gouvernement va expliquer qu'il met en oeuvre, même de manière plus modérée, une mesure qu'on a combattue dans l'opposition et abrogée après notre élection ? » se demande Pascal Cherki (Paris). « Ca peut faire débat », convient Laurent Grandguillaume (Côte-d'Or). « C'est mieux qu'une hausse de la CSG, mais je m'interroge sur l'impact sur les couches populaires », souligne Laurent Baumel (Indre-et-Loire). Avec quatre autres députés socialistes - Karine Berger, Guillaume Bachelay, Pierre-Alain Muet et Valérie Rabault -, il demande que le crédit d'impôt « soit ciblé sur les PME » et « conditionné à l'interdiction d'augmenter les dividendes ou de réduire la masse salariale ». Tout comme Henri Emmanuelli, figure de l'aile gauche du PS, qui juge le ciblage « trop large » et avoue être « dubitatif » sur la TVA.
Dans le reste de la gauche, la mesure est mal accueillie. Le PCF a dénoncé « un coup de massue contre le pouvoir d'achat » et les écologistes ne l'ont pas défendue. Plus inhabituel, le chef de file des députés radicaux de gauche, Roger-Gérard Schwartzenberg, généralement modéré, l'a jugée « insolite » et a averti : « D'une manière générale, il serait préférable d'éviter de prendre le contre-pied des mesures annoncées aux électeurs pendant les campagnes présidentielle et législative. »
A droite, on a manié l'ironie : « François Hollande a fait campagne en disant qu'il n'augmenterait absolument pas la TVA, eh bien il augmente la TVA mais ne baisse pas les charges patronales ! » a lancé Jean-François Copé. Après avoir vanté le rapport Gallois lundi, le secrétaire général de l'UMP a néanmoins eu plus de mal à critiquer le plan Ayrault. Pas toujours facile d'être un opposant.

ELSA FREYSSENET    Chef de service adjointe    efreyssenet@lesechos.fr

        Publiée le  6 nov. 2012 par 

Après avoir dénoncé, avec toute la violence dont la gauche est capable, la mesure de SARKOZY qui consistait à augmenter la TVA avec en contrepartie la baisse des cotisations sociales, voilà le gouvernement, après avoir bien sur abrogé cette loi, qui annonce aujourd'hui 6 novembre 2012, une... AUGMENTATION de la TVA !!!

SAUF QUE la contrepartie n'est pas la baisse des cotisations sociales donc en faveur des salariés... 
MAIS d'un CREDIT D'IMPOT aux entreprises, donc en contrepartie un cadeaux aux ACTIONNAIRES !!!

Non, ce n'est pas une blague !

Et les syndicarpes ? Muets... comme des... CARPES !

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

dorothee13 07/11/2012 18:15


Cette histoire de TVA démontre bien l'enfûmage, et de plus si on regarde bien,


- 19.6% passé à 20%, ok + 0.4% (sur tout sauf l'alimentation). Achetons nous souvent du HIGH TECH, du mobilier, etc...


- 5.5% passé à 5%, ok - 0.5%. Là nous devons manger tous les jours, tant mieux


Mais la balance sur le plan de l'état qui gère des milliards, il y a une perte de 0.1% - Génial, ils ont tout compris, et d'ici 2014, il peut tout arriver !