VIDÉO - La présidente du FN accuse le «système» de vouloir l'éliminer du scrutin présidentiel.

Publié le 12 Février 2012

Ce qui est tout à fait incroyable c'est que dans l'esprit de la droite comme de la gauche, les élections présidentielles puissent se faire en acceptant un filtre antidémocratique, en empêchant qu'un parti qui représente plusieurs millions d'électeurs puisse se présenter! 

Ce filtre est une aberration contraire à l'esprit de la constitution voulue par le général Charles de Gaulle. Un homme devant les Français! Ce sont ces soi-disants héritiers qui l'ont mis en place! Ce sont les pires adversaires du général qui ont voulu qu'il perdure!

Nous sommes en face d'un déni gravisisime de démocratie!

Nous avons sous nos yeux la preuve que cette machine, ce filtre, interdit l'expression de la seule élection qui compte vraiment!

Les français devront s'en souvenir pour les prochaines élections et prouver à la face du monde libre que la France n'est pas un mouton que l'on peut égorger, un veau que l'on peut mener à l'abattoir!

Pourvu que la droite et la gauche réalise à temps que ce chantage qu'ils exercent sur les Maires est contre productif!

Pourvu que les Maires de France relèvent le défi et assument la démocratie! Leurs administrés ne sont pas des imbéciles et ils risquent fort d'avoir un retour du bâton électoral en 2014! 

Gérard Brazon

**********

 

http://bcove.me/sdjs6zcn

«C'est à nous tous de nous tourner vers les maires. Il ne nous reste plus que quelques semaines. Nous allons tous aller chercher les précieux sésames!» Lors de son meeting à Toulouse, dimanche, devant plus de mille sympathisants,Marine Le Pena réaffirmé qu'elle n'avait pas les parrainages nécessaires pour briguer l'Élysée.

À quarante jours de la date limite du dépôt des 500 signatures, le 16 mars, la présidente du Front national assure ne disposer que de 352 promesses de parrainages. À qui la faute? À l'UMP et au PS, soutient Marine Le Pen. «La classe politique a fait un rêve: si elle n'était pas là?» a-t-elle tonné dimanche en brandissant

la manchette du Journal du dimanche qui portait à peu près cette phrase en titre. «Quel aveu, quel aveu de la part du système qui essaie de nous empêcher d'obtenir les parrainages nécessaires depuis des semaines!» s'exclame-t-elle.

Mais la présidente du Front national n'a dit mot de l'hémorragie militante qu'a connue son parti depuis plus de dix ans, ou des séquelles de la campagne interne qui l'a opposée àBruno Gollnischil y a tout juste un an. Deux facteurs qui expliquent pourtant une partie de ses difficultés à réunir les 500 signatures, faute souvent de relais actifs sur le terrain.

«Ça n'est pas de moi qu'ils ont peur, c'est de vous»

Marine Le Pen a préféré rejeter l'entière responsabilité de ses difficultés sur ses adversaires politiques. «Ça n'est pas de moi qu'ils ont peur, c'est de vous, a lancé la candidate FN à ses sympathisants. Ça n'est pas moi qu'ils cherchent à faire taire, c'est vous qu'ils cherchent à faire taire!» Ne reculant devant aucune comparaison, la fille de Jean-Marie Le Pen a évoqué une tentative d'«élimination politique» qu'elle a comparée à «l'assassinat politique» en vigueur dans «les anciens systèmes totalitaires».

Se présentant comme une rebelle, la présidente du FN a ajouté: «je ne me laisserai pas faire!» avant de tirer à boulets rouges sur les personnalités politiques qui, comme François Fillon, estiment qu'elle bluffe et qu'elle obtiendra en définitive ses signatures. «Ça ne leur suffit pas de tenter de nous empêcher d'avoir un candidat à l'élection présidentielle, a-t-elle fulminé. De surcroît, ils sont en train de laisser croire aux maires de petites communes que nous sommes des menteurs. Ce sont eux les menteurs!»

Et la présidente du FN de lancer «un énième appel aux maires» au nom de «la démocratie». Selon le sondage Ifop publié par leJDD, si la candidate du FN ne pouvait ne présenter, Nicolas Sarkozy s'en trouverait grandement renforcé.

«Ça n'est pas de moi qu'ils ont peur, c'est de vous»

Dans l'hypothèse d'un premier tour sans Marine Le Pen, d'après cet institut de sondage, Nicolas Sarkozy et François Hollande obtiendraient chacun 33 % des intentions de vote, etFrançois Bayrou17 %. Ce sondage a fait fulminer Marine Le Pen. «Si je n'étais pas là, est-ce que vous voteriez pourNicolas Sarkozy?» a-t-elle lancé dimanche à l'assistance, qui lui a répondu: «non!». «Si je n'étais pas là, est-ce que vous voteriez pourFrançois Hollande?» a-t-elle poursuivi avant d'obtenir la même réponse de la salle. «Voilà, messieurs, la réponse à vos minables sondages, à vos minables manipulations!» a tonné Marine Le Pen, se présentant comme «une femme libre» opposée à «des hommes enchaînés aux puissances d'argent».

Les ténors de l'UMP et du PS, pour leur part, ont exclu ce week-end de lancer un appel aux élus locaux pour les inciter à accorder leur parrainage à Marine Le Pen. «Ma position est très simple: on a une loi. Qu'elle se débrouille, Mme Le Pen, qu'elle se débrouille toute seule», a déclaré dimanche le ministre de l'Économie, François Baroin, au «Grand Rendez-Vous Europe1/i-Télé/Le Parisien».

«Il faut avoir 500 signatures, a, quant à elle, rappelé Martine Aubry, samedi sur France3 Nord-Pas-de-Calais. Si Mme Le Pen ne les a pas, eh bien, elle ne sera pas candidate.» Le Conseil constitutionnel devra se prononcer avant le 22 février sur la question de l'éventuel anonymat des parrainages.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérald 13/02/2012 00:54


@Roldic, Je suis un nouveau militant du FN, ex-socialiste et ex-sarkosiste, nous sommes suffisamment nombreux et actifs pour visiter tous les
maires, mais les refus que nous observons sont réels. Il suffit d'écouter les journalistes parler de "soutien" au lieu de "parrainage" pour comprendre que tout « le système » cherche
désespérément à discréditer notre candidate et a rendre légitime son exclusion. Si Marine ne dépassait pas les 10%, elle aurait ses signature car peu « gênante », mais à 20% avoués,
bien plus officieusement, elle garanti l’élimination de l’UMP au 1er tour, et l’UMP ne veut pas de cette déculotté publique et la gauche n’a aucun intérêt a se retrouver avec une
opposition patriote aux législatives, elle préfère nous bercer avec un faux débat droite/gauche et continuer à dissoudre dans l’ombre ce qui reste de la nation dans l’europe.

MIKA 12/02/2012 11:52


Info ou Intox: Florian Philippot (porte-parole de Marine Le Pen) a déclaré que le FN avait produit à
l'appui de sa demande au conseil constitutionnel un constat d’huissier attestant de l’embargo qui pèse sur les élus pour les empêcher de donner leur signature ?   

Sandrine 12/02/2012 10:30


A quand une grande manif pour que Marine puisse se présenter ? Tous dans la rue comme par exemple pour la manif pour l'enseignement libre, qui a mis un million de gens dans la rue et fait reculer
le gouvernement.


Que Marine ne puisse pas se présenter au pays de Voltaire est un scandale.

Versaline 12/02/2012 09:54


Alors qu'aux précédents scrutins, Jean-Marie Le Pen a eu ses parrainages (de justesse), avec la certitude qu'il ne serait pas élu...(il faut dire qu'en 2002 les médias avaient fait ce qu'il
fallait pour manipuler l'opinion publique) Mais la donne est différente pour ce scrutin. L'UMPS se rend compte de la montée de Marine Le Pen dans l'électorat et ce n'est pas tant l'idéologie
qu'elle représente qui leur fait peur, mais les sièges et tous les privilèges qui vont avec qu'ils pourraient perdre. J'y suis, j'y reste !!!


N'oublions pas aussi les pressions qui sont faites aux maires des petites communes, qui font partie de groupements de communes et qui sont tributaires de subventions régionales et
départementales, dont la majorité des conseils régionaux et départementaux sont maintenant à gauche... et on aura tout compris.


L'argent n'est-il pas le nerf de la guerre ?

jpb 12/02/2012 09:26


IL LAISSE APPARAITRE QUE DES PERSONNES N'ONT RIEN A DIRE ,sont pere a fait ceci ou cela,comme les journaleux,(on est le 12/02/2012 pour les personnes qui remues le passé)

Roldic 12/02/2012 08:45


Comme son père, elle se pose en victime du système.


Si elle n'a pas les signatures necessaires,c'est de sa faute,car à force d'épurer le FN des militants qui ne sont pas de son camp,elle n'a plus d'équipes de
prospection.


Mais au derniers moment ,elle sera sauvée par L'UMP et le PS