(Vidéo) Marine Le Pen répond au journaliste Abel Mestre, sur le nazisme.

Publié le 13 Juillet 2013

Je ne résiste pas à remettre cette vidéo d'une question, autrefois posé à Marine le Pen, sur le nazisme.

Elle pourrait la répéter sans cesse sa réponse, il y aura toujours des médias biens pensants, des politiciens, qui sans cesse poseront la même question à la Bourdin: sans écouter, ni entendre, et encore moins comprendre la réponse.

Il y aura hélas, des citoyens qui ne voudront pas entendre non plus ! Combien de fois ais-je entendu les mêmes refrains de la part de ceux qui se targuent de faire de la politiques. Certains ont même été jusqu'à le dire qu'elle aurait dû changer de nom. Quelle horreur...

 

Comment peut-on nier l'individualité à ce point. L'itelligence, la sensibilité d'une personne fût-elle la fille d'un Lénine, d'un Staline, d'un Castro, ou d'un Pinochet. Alors donc, ces antiracistes nient l'indépendance intellectuelle du fils, de la fille par rapport à son père?

 

Que pense-t-il d'un Laurent Mouchard, fils d'un milliardaire en franc, qui se fait appeler Joffrin et qui fût maoïste dans sa jeunesse ? A mon sens , il y a plus de honte à avoir soutenu le maoïsme criminel que d'être le fils d'un millardaire ami de Jean Marie Le Pen.

La bien pensance ne le pense pas. Mais pense-t-elle encore.

 

Comment peut-on exiger que la fille renie son père comme si elle était responsable alors même qu'elle crie son horreur du nazisme quand d'autres, dans la bien pensance, ne disent rien sur les horreurs du communisme qu'ils ont soutenue corps et âmes.

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Epicure 15/07/2013 08:45


Pas de solution à la méchanceté perverse ni la bêtise, Gérard....


Ces questions se règlent en général dans le sang. Un salaud-crétin mort est un brave type. Un brave martyr ne sert à rien mais culpabilise, un temps, un peu, ceux qui sont responsables de sa
mort...mais très vite ceux-là, les pervers  égotistes trouvent un joli moyen de dénier leur rôle pervers...


Ainsi les Mouchard et autres Papon...