Vidéo-Norvège : «le voile sépare les femmes ‘bien’ de ce qu’ils considèrent comme les putes norvégiennes » [vidéo]

Publié le 20 Septembre 2011

Par Jeannot - Bivouac ID

Reportage CBN News - Sous titré en français par Bivouac

« Dans les quartiers où les musulmans sont majoritaires, les Norvégiens ne se sentent plus dans leur pays. »

• Page de l’article anglais.

• Texte du sous-titrage :

Quelques semaines avant le massacre qui a eu lieu en Norvège, CBN News s’est rendu à Oslo  pour enquêter sur certains échos indiquant que l’immigration musulmane et le multiculturalisme posaient d’énormes problèmes, que le fondamentalisme musulman allait grandissant, ainsi que les violences et les intimidations à l’encontre des non-musulmans.

A la suite du massacre, une partie de la gauche norvégienne a parlé de la peur de l’islamisation comme d’une «théorie du complot». Pourtant, les victimes de l’islam sont bien réelles. Et ce sont essentiellement des femmes norvégiennes.

Les statistiques récentes de la police montrent qu’à Oslo, la capitale, 100% des agressions sexuelles et des viols sont commis par des immigrés non européens. Et que 9 victimes sur 10 sont des femmes norvégiennes. Des Norvégiennes blondes se feraient même teindre les cheveux en noir par sécurité, et beaucoup ne se déplacent qu’en groupe.

Kristin Spitznogle est thérapeute et elle a reçu en consultation des victimes de viol. Elle est la cible des médias norvégiens parce qu’elle ose dire certaines choses : en particulier que le problème des viols, c’est avant tout des musulmans qui violent des non-musulmanes. Et que toute femme qui n’est pas habillée «modestement» ou n’est pas voilée peut être considérée par certains musulmans comme un gibier potentiel.

«Pour eux, le voile est un marqueur symbolique qui sépare les femmes «bien», les musulmanes soumises, de ce qu’ils considèrent comme les putes norvégiennes. Et quand je dis «putes», je ne fais que reprendre leurs propres mots. C’est ce qu’ils déclarent aux journalistes.»

Selon Mme Spitznogle, l’establishment de gauche norvégien rejette la faute sur les victimes. Car l’idée que la culture islamique puisse être un danger pour les femmes  est très politiquement incorrecte en Norvège.

Hanne Herland est l’auteur d’un best-seller intitulé : «Alerte ! Réflexions sur une culture en crise». Elle déclare : «Certaines valeurs de la culture musulmane sont bonnes mais pas toutes.  Certains aspects des cultures islamiques n’ont pas leur place dans la société européenne. Et les Norvégiens ont peur d’aborder ce sujet car ils craignent d’être taxés de racistes».

Mais dira-t-on de cet immigré musulman qu’il est raciste ? Car lui aussi critique ses compatriotes musulmans : Walid al-Kubaisi est un écrivain reconnu en Norvège. Il est musulman, originaire d’Irak. Il s’inquiète de la présence d’islamistes radicaux dans la communauté musulmane norvégienne :

«Nous avons un problème, que tout le monde nie. Personne n’en parle mais c’est vraiment un gros problème. Et l’avenir s’en ressentira.»

Comme dans d’autres villes européennes, des quartiers d’Oslo sont devenus des zones musulmanes, parfois soumis à la charia, la loi islamique. ou sont sous la férule d’imams locaux. Dans la plupart des quartiers où les musulmans sont majoritaires, les Norvégiens ne se sentent plus dans leur pays. Ce n’est plus la Norvège.»

Nous avons réalisé cet entretien, en juin, et personne ne se doutait alors qu’un tireur fou massacrerait des gens à cause de l’immigration musulmane. Al-Kubaisi prononça des paroles hélas prémonitoires :

- Vous pensez qu’il y aura un retour de baton ? Une réaction contre les immigrés ?
- Oui, un choc de cultures. Ca va arriver.
- Une guerre civile ?
- Je ne sais pas. Je ne suis pas devin, mais quelque chose va se passer. Quelque chose va arriver. Je ne sais pas quoi mais je le sens.

Certains partis de gauche en Europe essayent d’utiliser le massacre d’Oslo pour museler toute critique de l’islam. Mais ne rien dire ne réglera aucun des problèmes de la Norvège.

Bivouac ID

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

francis Claude 20/09/2011 19:13



pourquoi vous pensez que les Français se sentent dans leurs pays dans certains quartiers de nos villes.Tiens moi j'ai fait un tour currieux a Bordeaux ma ville natale aux capucins ex ventre et ex
haut lieu du tout Bordeaux festif et bien c'est devenu la médina et le marché africain je vous assure que pour trouver un blanc il faut chercher, c'est bien simple s'il y a un blanc il fait
tache!!!et il a interet a fermé sa gueulle!!!