Vidéo: "quand les blancs seront minoritaires"... préface Gérard Brazon

Publié le 17 Août 2011

Lettre aux différents Présidents de la République Française.

Quand les blancs seront minoritaires... Merci qui? Merci Messieurs Giscard d'Estaing, Mitterrand, Chirac et Sarkozy. Merci à tous vos premiers ministres, à vos ministres, à vos assemblées diverses. C'est grâce à vos arguties, à vos discours, à vos actes, à vos politiques que les blancs ne seront plus chez eux bientôt en Europe.

Le fait démographique ne vous a jamais été inconnu. L'invasion puisque cela en est une, par d'autres peuples, invasion civile, pacifique, par l'immigration de peuplement, par les maternités également ne vous a jamais été quelque chose d'inimaginable. Quelle belle arme que ce regroupement familial imposé aux peuples sans rien leur dire. Tout en silence, cette invasion est bien réelle. Mais elle n'est plus sans heurt aujourd'hui. En France en 2005, en Angleterre en 2011. L'islam qui exige, donne ses ordres, affirme, déclare la place de la femme dans la société pour aujourd'hui et demain, que ferez-vous Messieurs les politiques, lorsque cet islam exigera de modifier la constitution, les lois pour les adapter à la charia. Allah Président de la république, de l'Europe? Est-cela que vous avez voulu? Souvenez-vous de Munich, de Daladier, de Chamberlain. "Vous avez perdu l'honneur pour ne pas avoir voulu faire la guerre; Vous aurez le déshonneur et la guerre" a écrit Churchill.

Vous le saviez dès le début. Vous nous emmenez vers un point de rupture majeur. Le moment n'est pas loin ou effectivement des quartiers entiers, des villes et bientôt des départements ne seront plus à majorité blanche et au delà, française puisque même si vous le contestez, les français sont d'abord et avant tout un peuple de blancs ayant des racines judéo-chrétiennes (relire de Gaulle). Pendant toutes ces années, de droite comme de gauche, vous avez poursuivi le même but: la mort des nations, la mort des cultures originelles des peuples. Vous avez poursuivi le même travail de sape de cette histoire commune à l'Europe. Vous remplacez les peuples à défaut de pouvoir les changer. Vous êtes, messieurs les politiques, les complices de ce que l'on peut appeler une trahison envers l'histoire, envers tous ceux qui, au fil des siècles, ont bâti nos nations, nos cultures.

Vous souhaitez construire une Europe ou les blancs, les nationaux, les patriotes, les amoureux de leurs histoires seront des étrangers chez eux. Vous êtes en train d'allumer une brindille qui va mettre le feu à cette Europe. Comme en Serbie,  comme partout où une culture cherche à s'imposer à celle qui existe. A imposer ses lois et ses règles. L’islam qui deviendra majoritaire du fait de cette immigration galopante n’est pas une démocratie douce. Ce n'est même pas une démocratie. C’est un système ou la pensée individuelle n'existe pas. Ce système vous échappera forcément. Vous en serez les premières victimes. Si ce n'est pas vous, ce sera vos enfants, vos filles à qui vous laisserez un monde qui n'est pas le vôtre : celui qui vous a vu grandir.

Vous êtes responsables vis-à-vis de vos enfants, des femmes, des jeunes filles, de vos concitoyens, des français qui vous ont élus bien sûr, mais vous serez aussi coupables de cet avenir sombre qui s’annonce. Le général de Gaulle doit sans doute vous maudire de là où il est.

Gérard Brazon


 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Epicure 17/08/2011 18:03



Il ne s'agit pas de minoritaires ou majoritaires mais de COURAGE..................


Un majorité de crétins est toujours de plus en plus nulle.


Les Français de Leclerc et Koenig n'avaient pas grand'chose pour réaliser leurs exploits


Les Juifs  en Palestine mandataire, 600.000 habitants, ont arrêté et conquis du terrain sur 5 Armées arabes équippées et entrainées et conduites par des officiers Britanniques..(.les
Français et les Tchèques ont fourni du matériel aux juifs...)


Du courage intelligent, de la décision, de la combattivité, et surtout Savoir où l'on va...sont les conditions du succès.