(Vidéo) Témoignage vécu sur le Congrès du Front National à Lyon. Par Gérard Brazon

Publié le 2 Décembre 2014

      Marine-Le-Pen

Voilà, c'est fait. Le Congrès du Front National est passé.

Ce fût l'occasion de rencontres, de retrouvailles, d'écoutes et d'échanges. Nous avons même eu droit aux fachos rouges qui en ont profité pour saccager les magasins du vieux Lyon. Bref ils ont pu faire cette démonstration que leur instinct socialiste, leur ADN de néonazis étaient bien présent. La France a pu, aurait dû si les médias avaient fait leur boulot réaliser que c'est bien le Front National qui était la victime d'extrémistes violents. Mais les médias ne se  sont pas attardés sur ces dérives de gamins boutonneux. Sauf, que ces "gamins" sont bien plus dangereux que les adhérents venus en masse fêter la présence de leurs dirigeantes et dirigeants, et la première d'entre elles, Marine Le Pen.

J'ai pu les voir ces adhérents. Il n'y avait pas de couteaux entre leurs dents, pas de baves aux lèvres, pas de haine dégoulinante, pas de rangers aux pieds, pas de hurlement d'assaut, pas d'armements particuliers. Ils étaient venus, ils étaient tous là et contents  d'être là ! Ils avaient comme arme, la bonne humeur, le sourire des grands jours, les congratulations. Les embrassades étaient les seuls gestes forts à noter. A la bonne franquette.

Alors les nazillons de la socia-lie auraient sans doute aimé perturber cette rencontre, cette fête des patriotes. Ils n'auront fait que prouver leur nuisance et surtout, prouver la complaisance de certains médias qui eux, n'ont pas trouvé sommes toutes, que la présence de ces fascistes rouge était indécente dans un pays qui se dit démocrate et respectueux des droits de l'homme et du citoyen. Nous savons bien que le respect pour ces gens-là, est à géométrie variable. Ces représentants de médias qui me font de plus en plus penser à ces chiens qui ne savent que se coucher ou mordre selon celui qui est le maître du moment. Certes, fort heureusement, tous les journalistes ne sont pas de cette trempe. Mais ils sont bien rare en France.

Ces nazillons, à la manière des S.A auront gêné probablement les congressistes qui devaient se rendre par les transports en commun à la Cité universitaire où se trouvait le magnifique amphithéâtre du Congrès. Les Hôtels aux alentours n'étaient pas à la portée de toutes les bourses et si certains avaient pu à l'avance, bénéficier de promotions "trains-hôtels", beaucoup avaient trouvé une chambre abordable dans les quartiers périphériques ou en centre ville, les obligeant justement, à prendre ces transports en commun fort onéreux.

Ces petits salauds de fascistes rouges ignorent sans doute que la plupart des adhérents présents ne roulent pas sur l'or et qu'ils ont fait des sacrifices pour venir au Congrès de leur parti politique. Parfois en famille. Ils sont venus en train, par covoiturage et parfois ont partagé des chambres.

Ils sont venus pour écouter les débats également, les délégations étrangères, rencontrer les "ténors" en vrai, les toucher, leur parler, en profiter pour leur faire la bise conviviale, leur dire leur affection, leur espérance et saluer les Marion Le Pen, Louis Aliot, Aymeric Chauprade, Bruno Gollnisch, Florian Philippot, Stéphane Ravier, David Rachline, Gilbert Collard, Karim Ouchik et d'autres, et bien sûr Jean Marie Le Pen ovationné à chaque apparition et sa fille, la Présidente Marine, celle que tout le monde veut à l'Élysée à la place du nabot, du flan, de l'inutile, de l'ersatz qui nous sert de Président, élu par défaut, presque par hasard. (28% des électeurs inscrits)

Et puis, après tous ces débats, ces rencontres, il y a eu l'élection du Comité Central. Chaque candidat était suspendu aux lèvres de Jean François Jalck qui énonçait le nom des élus. Une énumération longue, ponctuée par des applaudissements de supporters,  des soutiens particuliers pour tel ou tel autre candidat dans l'amphithéâtre. Plus la liste s'allongeait, plus d'autres se posaient la question fatale ! Serais-je parmi les élus?

Vint enfin le dernier nom et le rassemblement des cent vingt auprès de Marine Le Pen sur la scène, salués par des applaudissements nourris. Hommage à ceux qui n'ont pas été élu également.

J'ai fait partie de ceux qui sont resté sur le carreau. Exit le Comité Central. Un mode électoral qui favorise les fédérations les plus fortes j'imagine. Un manque de notoriété évident également et donc la complainte du pauvre méconnu. C'est donc ainsi que l'idée de travailler avec les plus grands du Front National s'évanouit.

Pourtant, j'aurai bien aimé échanger et partager avec la présidente Marine Le Pen, avec un Louis Aliot, un Aymeric Chauprade, un Bruno Gollnisch et aussi un Florian Philippot.

Il faut faire avec, accepter le jeu électoral. Penser à l'intérêt général, et aux victoires futures.

Mon département des Hauts de Seine est un département où l'UMP applique un clientélisme forcené, un cerclage des électeurs, un travail de sape. J'en veux pour preuve les dernières élections municipales et les manœuvres limites de certains pontes de l'UMP locale.

Département sarkozyste, le Front National tente de s'imposer. Nous labourons le béton avec les dents. Quelques élus conseillers. C'est mieux que rien. Des adhérents qui n'osent encore se montrer au grand jour. La pression sociale des municipalités est forte. Place de crèche à la clef, invitations aux réceptions en récompense, et médailles en chocolat. Sans compter les HLM dont les Maires sont souvent aussi, des Présidents d'Offices.

Les électeurs UMP ont besoin de plus de cinq ans pour bien comprendre, ô combien ils sont des vaches à traire l'euro, des gentils gogos qui s'imaginent que les promesses "sarkoziennes" emprisonnent leur candidat. Ah, quelle belle blague ! J'en rirais presque si ce n'était pas de la France qu'il s'agissait, de son avenir.

L'homme "providentiel" réélu à l'UMP ? Un bonimenteur de marché qui aura promis, menti et tout trahi. Il aura vendu sa salade avariée, la faisant passer pour de la frisée. Il aura trahi sa parole aux électeurs. Prêt à recommencer, sans état d'âme. Au service de qui ? Pas de la France assurément.

Il aura donc laissé la France dans un piteux état et ses admirateurs en redemandent comme des gosses réclamant le clown où le saltimbanque arracheur de dents. Ils sont comme ceux qui se plaignent de ne plus avoir mal à la tête depuis qu'ils ont cessé de se donner des coups de marteau dessus.

Ah quelle misère de les entendre se réjouir alors même que les sept dernières années ne furent qu'une longue marche en charrette de notre France bâillonnée et que cette marche se poursuit afin d'emportée notre malheureuse patrie sur une Place de Grève ou celle du parlement de l'Union Européenne à Bruxelles.

Nos cœurs se révoltent, nos tripes se retournent, nous hurlons et espérons qu'enfin… ces Français de France, ceux qui restent, ceux qui aiment leurs racines, leur terroir, leurs us et coutumes, leur langue, leur histoire, leur culture comprendront enfin que c'est pour eux que sonne le glas. Qu'il n'y a qu'une vigoureuse Marseillaise, à entonner avec entrain, avec force,  pour que le son de ce clocher se taise.

Sinon… après le glas, ce sera l'appel du muezzin. Une pâle copie voilée que nous refusons de toutes nos forces.

Nous, les patriotes, nous le savons, et nous le saurons à jamais que ce sont ces politiciens Français véreux, vendus et corrompus qui t'ont mise ô ma France, sur cette charrette de la mort lente, que ce sont ces stupides et insouciants électeurs de l'UMP qui t'auront donné la mort en compagnie de leurs complices de la socia-lie.

Gérard Brazon 

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=xMhVeE2ss0g[/youtube]

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Gérard Brazon

Commenter cet article

maury 03/12/2014 18:45


Lre polit bureau a frapper!!!! faut croire que la gôche islamo compatible corrompue a peur de se faire déboulonner de sa place devenu un siége éjectable









Le site Minurne-Résistance fermé sans sommation : solidarité militante !
by francaisdefrance





Publié le 3 décembre 2014
par Christine Tasin - Article du nº 384





Nous apprenons avec consternation et révolte ce matin que le blog Minurne-Résistance a été fermé ce matin sans sommation sur décision d’un tribunal X pour enquête en cours.


Enquête sur quoi ? Quel article aurait pu déchaîner l’ire des magistrats ? Qui a pu, au sommet de l’Etat, permettre que l’on ferme un site de réinformation sans que le responsable puisse
s’expliquer, se justifier éventuellement et être défendu par un avocat ?


Je ne sais si la loi récemment votée contre le terrorisme qui donnait le droit à l »Etat de fermer des sites dangereux a été utilisée dans ce cas. En tout cas il est certain que les sites de
réinformation sur l’islam n’appellent ni à la haine, ni à égorger, ni à lapider, EUX…


J’appelle tous les Résistants de France et de Navarre à marquer leur solidarité avec Minurne Résistance en appelant le Ministère de la Justice pour protester et en relayant mon message sur
leurs sites et blogs, en attendant d’autres actions éventuelles.


Les fossoyeurs de la liberté d’expression ne passeront pas !


Christine Tasin

ADAM Patrice 02/12/2014 16:05


Bonjour,je suis entierement d'accord avec vous,militant adherent depuis une trentaine d'années j'ai eu aussi des déceptions de ne pas faire partie des élus,mais je suis fier de participer au
combat et d'avoir fait un travail de terrain(d'apotre à notre cause)et d'avoir ouvert les yeux à nombre de mes connaissances.Cordialement

Epicure 02/12/2014 10:09


Voilà les Maginotistes que j'aime autant!


Mais qu'y-a-t-il derrière?


Pas grand chose et surtout de la dissenssion et pas de système véritablement régulateur.


Un Déni massif de l'inutilité vaine du système reconductible ad libitum...le libitum reste quand même limité à la Faillite du pays !


Je ne crois pas plus à ce kaléidoscope aberrant du FN que des autres Partis. Il faut supprimer la Carroère et tirer au sort,sans Réélection  quelconque, de narcisses toxiques,  des gens
capables  qui ont fait leurs preuves ailleuirs que dans le cocon de l'Etat et de la Fonction Publique. et écouter enfin Etienne Chouard, à défaut de trouver qui que ce soit de sérieux qui
ait comme moi pensé à supprimer la voie démagogique et démographique absurde du Suffrager Universel, qui,  n'en déplaise à ceux qui l'encensent, nous mène sûrement au chaos et à la guerre
civile.