Ville de Puteaux: Les chats bottés et les souris colleuses du "Rassemblement Bleu Marine". Par Gérard Brazon

Publié le 12 Octobre 2012

Gérard BRAZON-1 Face aux liberticides européens, trois souris voulaient alerter par le moyen classique mais surtout pacifique du collage, afficher leurs alarmes sur des surfaces visibles de tous. Mais les pauvres souris ne purent pas aller bien loin car sur cette bonne ville de Puteaux, l'affichage n'est pas libre. La loi prévoit des panneaux d'affichages libres. Mais il semble que l'affichage d'une opinion politique ne soit pas une évidence du fait que les panneaux assurant cette liberté d'expression existent en petit nombre, bien trop petit. En clair, les souris avaient le gruyère mais pas les moyens de le manger. C'est sans doute ce que l'on appelle la démocratie sous nos contrées.

En désespoir de cause, nos braves souris tentèrent d'exercer leur liberté d'expression malgré tout. Mal leur en a  pris à ces bougresses, car les chats bottés, les yeux collés aux télévisions de la "protection" citoyenne, se précipitèrent sur ces dangereux délinquants qui osaient s'afficher et de fait, afficher une opinion anti liberticide et surtout favorable à l'expression de la démocratie française où ce qu'il en reste.

A Puteaux donc, on ne peut pas afficher l'exigence d'un référendum, l'expression d'une alarme pacifique contre les abandons systématiques et volontaires d'abandons de souveraineté.

Nos trois souris furent interpelés par nos chats bottés de la municipale. Trois voitures, six hommes, un ton, une attitude qui ne pouvaient qu'inquiéter nos trois souris à défaut d'inquiéter les vrais délinquants qui eux, ne craignent plus rien grâce à Madame Taubira, ministre socialiste de la justice actuelle et ancienne indépendantiste de la Guyane hier.

Là, nos chats armées du tonfa (Bâton de combat - mais que craignaient-ils au fond?) interpelèrent nos braves souris, les pattes et le nez dans la colle et qui réalisèrent qu'elles étaient, vu l'armada des chats bottés, probablement en train de commettre un grave et grand crime justifiant cette petite armée de grand gaillards bien bâtis et armés jusqu'au dents.

Les portes des voitures claquent, le ton était sur le mode des ordres, de l'impératif. "Arrêtez tout de suite!", "Vous n'avez pas le droit! Retirez vos affiches!" Pour le bonsoir messieurs et autres civilités et explications, on pourra toujours se taper sur le ventre! Alors oui, en effet, il paraît que nous n'avions pas le droit. Immédiatement,  je pense aux français de 89 qui se révoltèrent! Ils n'en avaient pas le droit! Je pense à 1830, à 1848, à 1870, à Delacroix et à tous ces gens sur les barricades qui n'avaient pas le droit! Les résistants de 1940 non plus n'avaient pas le droit. Fichtre... je suis un délinquant...

Nous n'avions donc  pas le droit de coller des affiches et donc d'afficher nos demandes d'un référendum pour ce dépouillement supplémentaire de notre souveraineté à travers ce traité européen liberticide. C'est ce que j'ai dit à l'un des chats bottés qui s'était un peu radouci. "Votre budget Monsieur, notre budget national, voté par les députés du peuple, pourra être revu et corrigé par des étrangers à Bruxelles". Ce sont pourtant ces mêmes soi-disant députés qui ont accepté de dépouiller encore un peu plus la nation française de ce droit, en principe inaliénable de par la constitution, de décider ce qui est bon pour elle. Pouvez-vous imaginez Monsieur que le budget de votre ville soit retoqué par Versailles ou Sarcelles avec amendes en cas de protestation?

Quelques chats , firent tout de même pattes plus douces et ne purent que me répondre qu'ils ne faisaient qu'obéir aux ordres. Un peu comme les "gardes suisses" de Louis XVI autrefois. Bien entendu, ce n'est pas eux en tant que citoyens que j'accuse, mais bien le système antidémocratique que nous vivons en France.

Comme nous sommes des amoureux de la liberté, que nous n'avons rien à voir avec des délinquants et autres "sauvageons" comme dit la bien pensance et qui pourrissent la vie des citoyens, et que nous refusons le conflit, c'est sous l'œil de nos surveillants bottés mais manifestement satisfaits que l'on retira nos affiches contrevenantes à l'ordre établi par les tenants du pouvoir d'aujourd'hui. 

Quelle leçon pouvons-nous tirer de cette aventure dans notre bonne ville de Puteaux? Simple: il est impossible par voie d'affiches de donner une opinion contraire à la doxa européiste sans se retrouver avec une petite armée aux basques.

Que pourrais-je dire ou demander à Madame le Maire de notre bonne ville? Madame Joëlle Ceccaldi-Raynaud, faîtes comme dans bien d'autres villes, comme à Courbevoie par exemple, installez des panneaux d'affichages libres dans des endroits visibles par tous. Laissez vivre  la liberté d'expression. Elle n'a jamais agressé personne cette liberté, elle n'a jamais volé ni tué personne! Elle ne mérite pas d'être mise sous la surveillance de chats bottés armés et aux ordres.

Certes, je peux comprendre que l'affichage "sauvage" puisse gêner quelques-uns, que l'esthétique de la ville est importante, etc. Mais il me semble tout de même que  la liberté d'expression doit pouvoir être assurée y compris et surtout en dehors des élections.

Fallait-il vraiment faire intervenir trois voitures, six chats bottés armés jusqu'aux dents, aux regards peu amènes et aux réflexions désobligeantes "Et bien il va falloir qu'ils les retirent leurs affiches" comme si nous étions des demeurés! Il ne manquait plus que le petit rire sarcastique pour compléter la caricature à la Plantu!

La vidéo-protection à laquelle j'adhère, me semble avoir été quelque peu détournée de son objet. Qu'avons-nous menacé en fait? Quel risque, quel danger avons-nous fait courir à la population Putéolienne?

La vidéo-protection dans mon esprit n'est pas la vidéo-surveillance de la population. Jusqu'à cette nuit,  je croyais que tous les Putéoliens d'en bas comme ceux d'en haut, partageaient cette même idée. Il faut croire que nos chats bottés confondent et font  du zèle! Mais comme ils nous ont dit qu'ils obéissaient aux ordres…

Gérard Brazon

 

Toute reproduction est libre de droit et même conseillée avec toutefois le signalement de l'auteur, de la traductrice et du site www.gerard-brazon.com/ Merci d'avance 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Aaron 17/10/2012 17:30


Et surtout bien plus courageux quand il s"agit de faire joujou derrière leur radar ou dans leur voiture banalisée, pour 5 ou 6 km/heure de plus.

yves IMBERT 12/10/2012 22:51


Claude Germain,


vous avez déjà compté sur militaires et flics vous ?moi pas,  devenus trop diversifiés et carriéristes  mais je remarque qu'en 62 a part les officiers du REP pour les autres 
c'était déjà du style du patron du 8e RPIMA de Castres

Claude Germain v 12/10/2012 20:51


Tiens Puteau devient Nazi ???? pour une agglomeration ayant un passé ouvrier ,laiquard ,republicain ,bizarre ,les policers se pleignent  d'etre les mals aimés de la population ,et se
trouvent grandes gueules et menaceurs devant de braves citoyens qui se battent pour eux et leur payent leurs salaires ..... La police serait 'elle devenue collabo ,j'espere que non ??? masochiste
peut etre ???? ou alors existerait 'il deux polices : une saine et normale et une aux ordres et achetée ????.. en realité des milices politiques ??? malsain tout cela ,tres malsain et
incomprehensible ,mais moins de gueule pour aller dans les cités faire leur boulot ... dommage .....

Epicure 12/10/2012 13:16


Navré d'insister, Gérard, mais je crains que vos chats-bottés ne ressemblent psychiquement davantage aux "courageux" gendarmes mobiles des années 40 qu'aux hardis et aventureux  flics de
chocs  de nos films bien-pensants..


En effet, si comparer vos "souris" aux juifs raflés est une incongruité, il n'en parait que plus vrai que nos Sbires ont un courage magnifique face aux faibles désarmés, que face aux Djeunes
derrière qui une Masse non amalgamée sic se dresse comme une VRAIE menace.


A quand une grosse manif-incendie à la PJ où ces pauvresses sont détenues???

Yves IMBERT 12/10/2012 12:32


Il ne reste que l'importation massive de kalachs par les FDS de préférence en calibre 7,62 et si quelqu'un me trouve une bonne vieille 12,7 je suis preneur car elle me rappellera mes 20 ans