Ville de Puteaux: Lettre ouverte à la majorité.

Publié le 4 Mars 2010

Lettre ouverte à nos amis politiques de Puteaux de Gérald Lambilliotte et Gérard Brazon.

Est-ce que l’opposition existe au Conseil Municipal de Puteaux ?

                Si nous en croyons l’un de ces représentants il semblerait que non. Hormis bien sûr Christophe Grébert qui nous dit-on aurait fait une main courante. Il aurait été, dit-il
victime d’une énième vindicte homophobe de certains conseillers municipaux de la majorité. Il prend la précaution de dire que "c’est une minorité" et affirme très tranquillement que ce n’est pas pour se faire de la pub et jouer les victimes  permanentes mais pour venir au secours de  personnes fragiles.
               Mieux, cet homme serait un combattant qui se bat  pour  les victimes  silencieuses.
Mais chacun désormais connait son fond de commerce. La victimisation fait office d’idées politiques. Voici ce qu’il écrit :
"
Par ailleurs, et contrairement à ce que ces  gens bêtes affirment, je ne me victimise pas en rapportant ces faits. Ces petits faits "sans importance", ces insultes ou ces moqueries lancées au détour d'une phrase, pour ma part je sais y répondre : je ne suis pas une victime,
mais un combattant. En revanche, ces mêmes petites insultes discriminatoires peuvent être
mortelles lorsqu'elles atteignent des personnes fragiles. Les discriminations homophobes sont ainsi la cause d'un grand nombre de tentatives de suicides chez les jeunes LGBT.
En n'acceptant pas ces insultes "pas bien méchantes" et en les dénonçant chaque fois que je peux, je me bats pour ces jeunes, victimes silencieuses de la bêtise humaine et de l'intolérance
. "


                  Si nous ne le connaissions pas mieux, il nous aurait arraché une larme. Nous savons depuis longtemps que l’homophobie est une arme pour cet opposant sans imagination et sans proposition. Une vieille ficelle.
Il en use et en abuse.

Nous affirmons que cet homme est un triste sire et non le Chevalier blanc. En s’agitant, il souhaite démontrer qu’il n'y a qu'une seule opposition réelle dans ce Conseil Municipal : la sienne! Les autres opposants, à contrario, ne faisant que de la figuration.


                  Mais au fond, au-delà du pauvre jeu théâtral grébertien, l'opposition locale est tout à fait ou quasi inexistante. Le parti socialiste n'est plus qu’un semblant d'ombre.
Cette opposition brasse un peu l’air ambiant. Les élus du MoDem ne peuvent plus cacher que leur parti, qu'ils représentent si mal est en chute libre. Ce Parti ne brille que par ses démissions à répétition à Neuilly; à Puteaux et ailleurs.
Ces tristes et pâles représentants ne sont plus qu’une pauvre image  édulcorés d’un parti orange qui se voulait taureau. C’est pourquoi cet opposant s'agite de la sorte ? L'important étant de faire diversion.
C’est pourquoi il lève sans cesse le drapeau de l’homosexualité alors que tout un chacun se moque bien de ses orientations sexuelles.

Que sait-il au fond des orientations sexuelles de ses pairs après tout ? Doivent-ils arborer  un  signe distinctif pour se signaler comme homosexuel, comme bisexuel, comme hétérosexuel ? Doivent-ils affirmer, haut et fort, leurs préférences salées ou sucrées au nom de la différence.

              Finalement, la seule opposition qui peut  poser problème, ce serait celle qui pourrait venir d’une majorité oublieuse. Ce n'est pas le cas dans notre ville mais il ne faut pas croire que tout est dit à jamais, que tout est écrit d'avance, que tout est gravé dans le marbre.
            Soyons clair, le chef de cette majorité est et reste Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Elle seule doit faire et peut émettre les orientations de par l’élection de ses pairs conseillers. Conseillère elle-même à l’origine, elle fût élue avec une large majorité et de ce fait, elle a la responsabilité de la ville.

            Ce serait une grave erreur  que de se croire son égal et de se  permettre des libertés avec la discipline de cette majorité en émettant ses propres opinions, en ayant sa propre attitude et en faisant des commentaires qui, in fine nuisent à l’ensemble.
            Les Conseillers doivent savoir que les séances du conseil ne sont pas un lieu ni des moments ou peuvent s’ouvrir des débats qui permettent à un opposant provocateur d’utiliser les propos les plus anodins et en faire son beurre. 
           C’est pourquoi, avec la modeste expérience que nous avons soit en tant que militant de vieille et de longue date, ex cadre mais toujour élu du Parti pour l’un et en tant qu’ex Conseiller municipal, Conseiller National de l’UMP pour l’autre, nous encourageons  la majorité municipale à ne pas se tirer une balle dans le pied.
            De même, pour les Régionales afin de régler des comptes pour les uns. D'assouvir une soif du pouvoir pour les autres. Par maladresse et méconnaissance. Par de vieilles rancœurs, on  pratique une politique bassement politicienne. La droite n’est pas obligée d’être toujours la plus bête du monde lorsqu’elle est au pouvoir.

On flirte bien souvent avec la démesure et le ridicule comme les derniers propos de Nicolas Sarkozy sur de possibles renouveaux vengeurs si démobilisateurs.

Nous condamnons  ces comportements qui sont préjudiciables non seulement à un candidat mais à l'ensemble de l'appareil politique auquel nous appartenons.

Gérard Brazon            Gérald Lambilliotte

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

SACCO 05/03/2010 12:54



VOUS AVEZ RAISON


Restons libres et insoumis...