Ville de Puteaux: Un hommage à Gérard Brisset trop tôt disparu.

Publié le 8 Janvier 2010

Gerard-Brisset.jpgJe voudrais dire un mot pour regretter la disparition de Monsieur Gérard Brisset. Il fût professeur d'Histoire-Géographie et a occupé des responsabilités au sein de la fédération socialiste des Hauts-de-Seine. Il fût Conseiller Régional.

                      Il redevient conseiller municipal en 1995. Il est réélu en 2001. C’est sur ces deux derniers mandats que j’ai fait sa connaissance lors des séance du Conseil Municipal de Puteaux.

                      Monsieur Gérard Brisset fût fidèle à lui-même, à ses idées, à son parti politique. Il n’a pas trahi ni fait de manœuvre politicienne. J'avais pour lui beaucoup de respect même si nous ne partagions pas les mêmes idées politiques.
                      Je me souviens, lors de mes deux mandats, le plaisir gourmand qu'avaient Gérard Brisset et l'ancien Maire Charles Ceccaldi-Raynaud lorsqu'ils entamaient tous deux, complices en quelque sorte et en solitaires, leurs joutes intellectuelles et culturelles. Son visage alors s'illuminait et il régnait dans la salle du Conseil et dans la loge un grand silence ou les grands hommes qui ont fait notre Histoire de France venaient s'installer parmi nous pour parler de philosophie ou de religion.
                      La philosophie accompagnait de la science humaine en générale atteignait de grand niveaux. Nul n'aurait songé à interrompre cet échange tant il était enrichissant. C’est tous ensemble, majorité et opposition que nous les applaudissions. Comme un hommage voulu à ces deux amoureux de l'Histoire.
                       C'était plus que du respect qu'il y avait pour cet homme dans la majorité. Je n'ai jamais entendu une critique malveillante sur lui. Il n'a, à ma connaissance, jamais émis une critique malveillante sur ses adversaires.
                        C'était un opposant de grande qualité qui abordait le budget avec calme et compétence. C'était une époque, une autre époque pas si ancienne ou l’invective n’existait pas, ou la notion d’élu n’était pas galvaudée. Monsieur Gérard Brisset ne faisait pas étalage de sa vie ni de ses choix.
Je présente mes condoléances à sa famille et à ses amis. Paix à son âme car aujourd'hui, il a la réponse.
Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

romuald 10/01/2010 01:05



Et ben là, j'suis content que des mots comme respect ou comprendre ...vous parlent un p'tit peu.
Cordialement.

Et sinon la première étoile...Ca vous a plu?
Le pou-pouce ...Ca va mieux?



Gérard Brazon 09/01/2010 23:52


Il se trouve que je connaissais Gérard Brisset l'homme public. Il ne faisait pas étalage de sa vie privé. Cet homme mérite les hommages sans tenir comptes des
idées politiques. C'est cela le respect. Mais j'imagine que vous ne pouvez pas le comprendre sans y voir autre chose de tordu.
Bien à vous


romuald 09/01/2010 23:26



Que viendrait l'expression..."se r'tournerait dans sa tombe"!