Viols en Belgique / 2: Le nombre de viols dénoncés a augmenté de 20 % en deux ans.

Publié le 17 Février 2014

Près de la moitié des affaires de viol dénoncées fait l’objet d’un classement sans suite, faute de preuves. C’est à Bruxelles que l’augmentation des dossiers ouverts pour viols est la plus forte.

Source Le Soir.be

Le nombre de viols dénoncés auprès de la police a augmenté de 20 % entre 2009 et 2011, passant de 3.360 à 4.038. Près de la moitié des affaires ont fait l’objet d’un classement sans suite, la plupart du temps, faute de preuves, écrit vendredi le quotidien De Morgen, sur foi de chiffres du SPF Justice. 

Au total, les parquets ont été saisis de 11.170 affaires de viol entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2011. En 2011, on dénotait onze dénonciations de viol par jour dans le Royaume.

Le parquet de Bruxelles a eu à en traiter le plus (2.542), soit près du quart. Il précède ceux de Gand, de Liège et d’Anvers. Mais l’augmentation a été sensible partout.

(Mais surtout, ne voyez pas de liens avec l'immigration ndlr Gérard Brazon)

Des études réalisées aux Etats-Unis et au Canada estiment que seul 1 viol sur 5 aboutit au dépôt d'une plainte.

En France, le nombre de viols réels serait 10 fois supérieurs au nombre de plaintes enregistrées.

Parmi les raisons les plus souvent avancées pour expliquer les réticences des victimes à déposer plainte; il y a la crainte des représailles, le sentiment de honte, la crainte de voir sa parole mise en doute, la méconnaissance du processus judiciaire.

Pour toutes ces raisons et d'autres encore, le viol est l'un des crimes les moins rapportés aux autorités.

Pourtant, le phénomène est indiscutable.

En Belgique, chaque jour, 7 viols sont commis!

Nous sommes donc tous concernés par cette problématique.

La majorité des viols se passe avec une personne connue de la victime dans un endroit qu'elle connaît.

Et pourtant, il y a tellement de victimes qui n'osent encore parler...

C'est pour interrompre ce cercle infernal que nous, professionnels de la santé mentale, parlons publiquement de la question des agressions sexuelles afin d'aider toutes les victimes qui ont encore peur à oser faire le pas pour que ce mur du silence qui les entoure se brise enfin !

C'est également pour faire avancer le regard porté par l'ensemble de la société sur ce phénomène qu'un service comme SOS VIOL existe.

Nous tentons par notre travail à réduire les préjugés qui circulent encore avec force, les jugements souvent trop rapides portés sur les victimes et surtout les tabous somme toute encore puissants qui entourent cette problématique.

Le trajet est long mais chaque jour qui passe nous conforte dans notre choix!

  • <p>Photo AFP</p>

     

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Droits des femmes

Commenter cet article

mika 17/02/2014 12:19


Belgique: Campagne contre le viol du Conseil des Femmes Francophones



https://www.youtube.com/watch?v=sF0DIJFFIdA