"Vladimir" Foued 1300 appels antisémites à son actif.

Publié le 10 Juillet 2012

Un jeune homme a été identifié, puis interpellé, le 21 juin à Toulon (Var), après plusieurs semaines d’enquête. Agé de 20 ans, Foued M. est soupçonné d’avoir multiplié les appels malveillants faisant l’apologie des actes commis par Mohamed Merah, le tueur au scooter de Toulouse (Haute-Garonne). Le jeune suspect a également adressé plusieurs courriels de menaces aux responsables de l’école juive Ozar Attorah, théâtre de plusieurs  commis par le jeune jihadiste. 

 Mis en examen pour « appels malveillants » et « menaces en raison de l’appartenance à une ethnie ou de croyances religieuses », Foued M. a été remis en liberté, sous contrôle judiciaire, en attendant son procès.

Il dit ne pas avoir eu conscience de la gravité de ses actes

Tout commence le 23 mars, soit quatre jours après les assassinats d’un enseignant et de trois enfants devant l’établissement scolaire toulousain. Un ou plusieurs expéditeurs, qui signent leurs courriels d’un mystérieux « Justicier de la  et des vrais Français » envoient des messages injurieux et menaçants sur la boîte mail du directeur de l’école juive, en indiquant que d’autres meurtres vont être commis. Dans le même temps, des dizaines de commissariats, gendarmeries, entreprises, commerces et particuliers, domiciliés partout en , reçoivent des appels malveillants passés grâce au logiciel Skype, qui permet d’appeler gratuitement depuis un ordinateur, via Internet, sans être identifié.

« Ces appels faisaient référence aux crimes commis par Mohamed Merah, relate une source proche de l’affaire. En l’espace de quatre mois, l’auteur des faits est à l’origine de plus de 1300 appels. De longues investigations ont été nécessaires pour remonter sa piste. » En charge de l’enquête, les policiers de la sûreté départementale de la Haute-Garonne ont finalement découvert que Foued M. était membre d’un site Internet baptisé Viol-vocal, dédié à la diffusion de canulars d’un goût particulièrement douteux. « Ce suspect y faisait référence à des appels passés à plusieurs des victimes, poursuit la même source. En garde à vue, il a reconnu les faits, en expliquant ne pas avoir eu conscience de la gravité de ses actes et avoir simplement voulu distraire les autres membres de son site. »

Le Parisien

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

DURADUBOL 10/07/2012 15:20


Remis en liberté ???!!! On ne rêve plus, on hallucine !