Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Un discours que je trouve plaintif venant d'Algérie où finalement c'est encore "quelque part" de la faute des français et qui va jusqu'à qualifier "d'extrême-droite djihadiste"  le FN parce qu'il souhaite fermer les frontières à l'immigration. Il se trouve que ce combat n'a rien à voir avec le djihad et qu'il ne prétend pas convertir le mécréant ou le tuer mais simplement signifier à l'étranger qu'il ne sera pas prioritaire en France. Ce qui est le cas en Algérie, en Tunisie, au Maroc et dans bien des pays où un Français a beaucoup moins de possibilités et de droits qu'un étranger en France.

Gérard Brazon

*****

SlateAfrique

«Le problème ici, c'est que vous regardez l’Occident à travers la France» a un jour expliqué un diplomate étranger au chroniqueur. Et c’est juste: colonisés à outrance, nous sommes du coup, enfermés dans la décolonisation, la peur de la recolonisation et l’image du Meursault (l'un des personnages de l'Etranger d'Albert Camus ndlr)gras, gros, tueur d’arabe, pieds noirs ou vignerons dur. Le reste du monde est la France plus ou moins bien traduit, ouvert ou à moitié fermé, difficile d’accès ou de voisinage, fourbe partenaire des accords d’Evian sans fin ou gardiens de nos secrets honteux, geôlier de l’Emir Abd El Kader ou voleur de ressources.

La France, un voisin riche qui ne nous invite pas souvent chez lui. (Manque pas d'air l'auteur de cet article. ndlr Gérard brazon)

Tout Occidental qui débarque chez nous, en diplomate ou en touriste ou en homme d’affaires, est vu à travers cette grille qui tatoue la peau de l’histoire et du décolonisé ou ses petits fils. L’Occident est un espace d’ambigüité pour le décolonisé de la France ou contre son gré. On y va pour s’y soigner mais on y dénonce la mauvaise repentance. On lui demande des excuses et des visas. On discute avec lui d’affaires et d’archives. Du coup, quand il y a des élections en France, il y a des élections dans tout l’Occident. Les Algériens y suivront le spectacle comme on regarde à travers les fenêtres d’un voisin riche qui ne nous invite pas souvent à manger chez lui, sauf malgré lui ou parce qu’on est déjà chez lui.

La France gauloise

Et quand près de 7 millions de Français votent pour l'extrême droite, c’est vu comme la confirmation que le reste du monde ne veut pas du reste du monde. Comme si l’Occident confirmait sa réputation de mauvais voisin, de gros colon qui mange la terre et le puit. Comme la preuve qu’il veut nous jeter à la mer ou nous laisser le choix entre la valise et le cercueil des mauvaises indépendances.

C’est tout ce que l’on retient des élections françaises ici: ce pays prouve que le reste de l’Occident veut décoloniser des décolonisateurs & fils qui y vivent selon lui, malgré lui. La vision est grossière mais c’est ainsi qu’elle enjambe la mer. Aux millions de Français qui ont voté Le Pen vont correspondre des millions du sud qui croient qu’on veut leur voler l’islam, la terre et qu’on ne les aime pas. Du coup, ils ont droit de ne pas aimer le monde, de lui tourner le dos, de le convertir ou de le punir au nom de Dieu. L’extrême-droite qui s’y dessine avec 7 millions d’électeurs est un pays du Sahel vert, un territoire du «Salaf» (ancêtres ndlr) et des salafistes gaulois, un émirat de souche dans l’imaginaire  de l’extrême-droite djihadiste au sud du nord.. Les extrêmes sont donc là. Ils se font écho et se font signes par-dessus la majorité molle du reste de l’humanité.

Donc les Algériens ont suivi les élections mais voient l’essentiel: Le Pen a pris le pouvoir. Il ne lui manque que la présidence.  

Kamel Daoud

 

Tag(s) : #Politique étrangère

Partager cet article