Walter Hallstein (ex nazi): Qui était vraiment le premier président de la Commission Européenne ?

Publié le 19 Octobre 2013

Dans cet extrait de la conférence « L’Union Européenne est-elle encore démocratique », François Asselineau revient sur un personnage méconnu de l’histoire : Walter Hallstein.

Source: Article50

De sa carrière d’Ancien juriste nazi préposé à la construction de l’Europe que souhaitait Adolph Hitler et Benito Mussolini à son recyclage en tant que premier président de la Commission Européenne, Monsieur Asselineau permet de revenir sur la véritable origine de la construction européenne dans laquelle nous vivons de nos jours.

 


« Demain : la nouvelle Europe sans frontières » dessinée par Adolph Hitler

 

Aller plus loin :

- La conférence complète (4 parties) : https://www.youtube.com/watch?v=36y3dEfgvmo
Les documents déclassifiés sur la construction européenne est d’origine américaine
-
 Marie- France Garaud sur France 3 : Jean Monnet était un agent américain

Retranscription de l’extrait vidéo :

Le quatrième chapitre c’est ce que j’appelle le mépris explicite de la démocratie. Il faut savoir que l’ensemble du processus européen est vicié dès l’origine par ses concepteurs qui sont tout sauf des démocrates. La personnalité essentielle à avoir conçu la maelström dans lequel les Etats d’Europe sont en train de s’enfoncer c’est ce monsieur qui est un allemand qui s’appelait Walter Hallstein né en 1901 et mort en 1982.

Monsieur Walter Hallstein était professeur de droit en Allemagne, il était un éminent juriste nazi. Voici une photocopie d’un document qu’il a envoyé le 30 Septembre 1935 à Rostock au représentant de gouvernement nazi à l’Université puisque sous Hitler il y avait des représentants du gouvernement qui étaient les personnes qui tenaient l’Université et donc il lui donne son pedigree :

En référence à mon serment d’entrée en fonction je déclare :
Dans la période de l’après guerre, je fus membre des organismes suivants :

Pendant la période que j’ai passée en tant qu’assistant d’avocat, j’appartenais à l’Association des Assistants d’Avocat du Reich. En tant que professeur j’appartenais à l’Association des Universités Allemandes du Reich.

Aujourd’hui, je suis membre de l’Association des Juristes Allemands Nationaux-Socialistes, de l’Association nationale-socialiste des Enseignants et des maîtres de conférence.

C’était le formulaire nécessaire pour être nommé

Il a ensuite, en 1936, été nommé par le chancelier de l’Université de Rostock.

Alors ensuite on avance dans l’histoire de l’Allemagne, le 9 Mai 1938, 2 ans après, Adolph Hitler se rend à Rome pour rencontrer le Duce Benito Mussolini afin de mettre sur pied une dictature européenne qui sera placé sous leur contrôle et d’ailleurs pour le plus grand bénéfice des firmes allemandes.

Donc le chancelier du Reich Adolph Hitler d’un côté et Mussolini de l’autre se rencontrent, conviennent de mettre sur pied une nouvelle Europe, conviennent donc de réunir une équipe de juristes pour concevoir ce que serait cette nouvelle Europe qui permettra de ligoter les peuples.

Du 21 au 25 Juin Walter Hallstein représente le gouvernement nazi pendant les négociations d’Etat avec l’Italie fasciste concernant la mise en place d’un cadre juridique de la nouvelle Europe.

Ça va mener à ce discours permanent que l’on aura durant les années 40 sur la nouvelle Europe. L’année historique du grand regroupement de l’Europe, qui est-ce qui publiait ça ? Et bien c’est un journal français, le Paris Soir du 1er Février 1941 qui rend compte du discours du führer à Berlin. En France la politique collaborationniste va d’ailleurs gloser sur ses questions, sous Pétain on aura notamment des brochures, des documentations sur La France Européenne. On voit qu’il s’agit de la construction de l’Europe. L’inauguration de l’exposition « la France Européenne » avec les autorités nazi le 6 Juin 1941 à Paris. Et l’on sait également qu’il y aura dans cette exposition, on voit ici les autorités nazies avec le représentant personnel du maréchal Pétain ; on voit également dans cette exposition l’avant et l’après. L’ancienne Europe et la nouvelle Europe. L’ancienne Europe on la voit ici avec toutes ses barrières nationales : « Hier » l’Europe cloisonnée des démocraties « inefficaces » c’est comme ça que c’est présenté. Demain, grâce au chancelier du Reich et au Duce italien, la nouvelle Europe sans frontières dessinée par Adolph Hitler, il n’y aura plus de frontières, il y aura de grands axes de communication qui permettront enfin d’avoir un sentiment européen et ce sera favorable au commerce.

D’ailleurs toute la propagande de Vichy consiste à dire qu’il faut imiter l’Allemagne. « Je travaille en Allemagne pour la France », « français travaillez en Allemagne pour rendre la France plus forte », il faut faire comme les allemands, c’est extraordinaire on pourrait presque les ressortir ces affiches. On avait donc Pétain qui par ailleurs disait « Connaissez-vous mieux que lui les problèmes de l’heure ? », on pourrait d’ailleurs mettre la tête de François Hollande. Il se prévaut d’une compétence technique, comme Sarkozy.

Le chancelier du Reich développait donc toute une rhétorique. C’était l’objectif mais on a tendance à l’oublier, mais la politique nazi c’était bien d’avoir « Das neue Europa ist unschlagbar » – « la nouvelle Europe est invincible » – « Europas sieg dein wohlstand » – « la victoire de l’Europe c’est ton bien-être » « Europas Freiheit » – un soldat nazi qui se bar pour « la liberté de l’Europe ». Échec à l’ennemi de l’Europe ça c’est une brochure publiée par les autorités françaises sous l’Occupation, les ennemis de l’Europe ce sont les anglo-saxons.

Officier nazi pendant la Deuxième Guerre Mondiale Walter Hallstein fut fait prisonnier par les Alliés pendant la bataille de Cherbourg

Entré en politique au sein de la CDU après la guerre, il devient le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères du chancelier Konrad Adenauer en 1951.

A ce poste, il élabore la « Doctrine Hallstein » et négocie au nom de la République fédérale d’Allemagne les modalités de la construction européenne qu’on lui demande de préparer. Il ressort les dossiers qu’il avait préparé au mois de Juin 1938.

Il co-signe le traité de Rome le 25 Mars 1957 avec Adenauer.

Et si vous ne me croyez pas, voici la photo on voit ici Adenauer et à côté Walter Hallstein le juriste nazi choisi par Hitler pour préparer la nouvelle Europe. C’est bizarre qu’on ne vous en parle jamais.

Walter Hallstein fut ensuite le premier président de la Commission Européenne, le prédécesseur de Monsieur Barroso.

Il a été président de la Commission Européenne de 1958 à 1967 presque aussi longtemps que Jacques Delors ; on a appelé ça la Commission Hallstein. Et dans le cadre de sa présidence, il présente en 1965 un plan qui prépare l’organisation d’une Europe fédérale. C’est justement contre ce plan Hallstein que Charles De Gaulle va intervenir en mettant le veto immédiat de la France avec la « crise de la chaise vide ».

En France, toute la presse qui est déjà largement dans les intérêts anglo-saxons brocarde et critique largement De Gaulle. Personne ne sait en France aujourd’hui quelle était la personnalité de ce type. Comment ce Walter Hallstein après avoir été un proche d’Hitler a été ensuite récupéré par les américains comme beaucoup d’autres, puisque les américains ont recyclés un certain nombre de scientifiques de juristes, de responsables politiques pour reprendre les bonnes idées du chancelier Hitler à leur profit.

De Gaulle a mis un veto et il obtiendra le départ de Walter Hallstein en 1967 après la crise de la "chaise vide".

Et comme vous le savez De Gaulle lui même n’est pas éternel il quittera le pouvoir en 1969 et mourra en 1970, pendant ce temps là Walter Hallstein deviendra le président du Mouvement Européen dont on sait maintenant de façon certaine depuis l’article du Daily Telegraph du 19 Septembre 2000 qui a rendu public les documents confidentiels du département d’Etat américain pendant les années 50 et 60, un mouvement qui était et qui l’est toujours probablement, une créature financée par la CIA américaine.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

ESCLAFIT 19/10/2013 15:22


Marine Le Pen a bien remis en cause l'Union Européenne ainsi que l'Euro puisque ce sont des sujets qui lui sont reprochés par l"UMP et les socialistes. On lui dit même que ce sont des sujets pur
lesquels elle n'est pas compétente.

Epicure 19/10/2013 14:49


Toute l'Industrie et le Commerce  ainsi que le Droit et les rouages Adminsitratifs Allemands à l'Ouest COMME à L'EST....restèrent NAZIS jusqu'à la retraite et mort des tenants des postes.
Les SS de la gestapo/Groupes d'extremination en Pologne Ukraine et Pays Baltes furent libérés par les USA les Britts et les Français dès 1952/53...et De gaulle pour Oberg et Knochen: chefs de
Barbie en France!!!!!!! et le chef du patronat Hans Martin Schleier était un ancien colonel SS 


Après un passage dans les jeunesses hitlériennes, il rejoint les SS en 1933, devenantUntersturmführer (sous-lieutenant). Il rejoint le NSDAP en 1937 (Second Lieutenant). En 1935, il accuse son groupe estudiantin de manquer d'« esprit national-socialiste », et quitte celui-ci lorsque
l'organisation Kösener SC (en) refuse d'exclure les Juifs. Président du corps étudiant à l'Université de Heidelberg, il obtient ensuite le même poste à l'Université d'Innsbruck après l'Anschluss. En 1939, il se marie avec Waltrude Ketterer (1916-2008), la fille du conseiller de Munich et Obergruppenführer SA Emil Ketterer (en), qui lui a donné quatre fils. Quand la Tchécoslovaquie est occupée par les Allemands, c’est lui qui assure la
direction économique des territoires occupés. Il a fait partie des responsables de la politique d’extermination en Tchécoslovaquie occupée.


En 1951 il rejoint Daimler-Benz, où il gravit tous les échelons de la hiérarchie jusqu'au Conseil d'administration, dont il devient président à la fin des années 1960. Dans le même temps, il devient responsable de plusieurs organisations patronales.