Yann Barthès de Canal plus choisit les remugles. Par Pierre Van Ommeslaeghe

Publié le 1 Février 2014

Voilà un journaliste français moderne. Dans l'air du temps, soumis, drôle sur commande pour satisfaire les décérébrés, faux-cl puisqu'il n'assume même pas SA quenelle. Il y a eu une époque à la télévision, où l'on viré des femmes parce qu'elles montraient leurs genoux. Indécent disait-on ?

Aujourd'hui, on garde des journalistes qui ont l'indécence de montrer leur pauvreté intellectuel. Quant aux genoux, ils sont très mous...

Gérard Brazon

 

Yann-Barthes-realise-une-quenelle

Par Pierre Van Ommeslaeghe

« Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt », dit le proverbe. Et Yann Barthès regarde la crasse sous l’ongle. Il est sidérant de voir que le personnel bobo-médiatique s’offusque de peu et omet l’essentiel. Lors de la Marche pour la vieCanal+ tend le micro aux plus frustes des manifestants. Une trogne bien télégénique, quelques propos maladroits, c’est bon, ça, coco, on va pouvoir les flinguer au Petit Journal. C’est que, chez les cathos, on ne cache pas les moches, les simples d’esprit parce qu’on les respecte comme être humain, on leur reconnaît la même dignité. Barthès, apparemment pas.

Lors du Jour de colère, on a vu et revu, entendu et réentendu les slogans antisémites de quelques gamins en mal de provocation. Pas les Marseillaise entonnées par des milliers, y compris par des « quenelliers » issus de l’immigration. Des fils d’immigrés qui ne cassent rien et qui ne brandissent pas des drapeaux étrangers ? C’est pas vendeur, ça, coco. Entre les remugles moribonds du passé et une possible lueur d’espoir pour le futur, Barthès choisit les remugles.

Nul doute que la manifestation du 2 février leur donnera l’occasion à nouveau de se moquer de ce peuple qui travaille, qui respecte la loi et son prochain. C’est facile, ce peuple-là ne lit pas Libé, il a du cambouis sur les mains et ses vêtements ne suivent pas la mode. Quand il manifeste, ce n’est pas la « Fashion Week ». Mais Barthès croit que le peuple, ce sont ses amis qui habitent le Marais.

Sans doute prendre l’histrion présentateur comme symbole est-il lui faire trop d’honneur. Il n’est que le sous-produit d’une chaîne, emblématique d’une certaine gauche et d’une époque, qui apocope le mot « culture » et qui ritualise l’humour (la grand-messe des Guignols contre la grand-messe du JT à 20 heures…). Leur rire moqueur n’est plus que le rictus sinistre du moribond.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

DURADUPIF 01/02/2014 15:30


Les Français sont las. On ne pourra pas indéfiniment humilier l'esprit gaulois et les français par ailleurs si divers et variés soient-ils ? On ne pourra pas s'auto mutiler constamment pour faire
bonne mesure. Nous sommes sans doute le premier pays au Monde a être excéssif dans ce stupide registre du mia culpa?  Arrogants partout, l'auto flagellation ni échappe pas ! Quant à la
mauvaise foi nous sommes champion du Monde.

mika 01/02/2014 13:53


La photo de Yann Barthès faisant la
"quenelle" fait polémique



https://www.youtube.com/watch?v=CfFkG0qAF70


 


Yann Barthes le bobo fragile se fait remettre à sa place par un politique sud
africain


 


https://www.youtube.com/watch?v=VwFQdz9wiWQ