Zemmour viré : faites entrer le fascisme nouveau!

Publié le 27 Mai 2012

Alain Dubos - Riposte Laïque - 

Donc, ils ont eu Zemmour.

Ils? La Nébuleuse. Qui se dénomme ainsi à partir de ce jour. Un conglomérat informe et visqueux, un hydre mue par les forces obscures du renoncement, un brouet agité par des courants contraires provisoirement unis pour faire taire toute voix gênant leur emprise sur l’opinion publique.

Nous entrons dans le fascisme des bien-pensants, une période de l’Histoire au cours de laquelle les exilés de la pensée libre vont se compter par dizaines. Et par centaines les obligés du système assassin, cette mangeoire infecte où tels des fauves, ils viennent déjà s’abreuver quand tombe la nuit.

Adieu Hugo et Zola, Clémenceau et de Gaulle. Adieu Brossolette et Moulin. Des rats se partagent vos cadavres, nous allons devoir supporter de les voir, tous crocs dehors, se partager les dépouilles de ce qui fut l’esprit de la France et de sa résistance à l’oppression.

Voici venu le temps de l’asphyxie lente, de la petite mort précédant la mise en bière de la patrie de Bayard et de Carnot, de Turenne et de Leclerc. La glose baveuse des hystériques, des salauds, des traîtres et des lâches servira d’oraison dernière à tous ceux qui, un jour, dans leur vie, se sont fait de la France une idée plus haute qu’eux-mêmes. Et faut-il que les Français soient aujourd’hui perdus dans les profondeurs de leur âme noyée pour qu’aucun signal ne sorte de leur abrutissement!

C’est la censure qui émerge, triomphante, de la pourriture française, comme le méphitique d’une charogne. Et cette vapeur toxique déferle par l’haleine des bien-disants, c’est un remugle de fond de port, de radoub où plus rien ne se répare que l’on puisse remettre à l’eau. La fosse ouverte en grand, sa puanteur règne.

Alors, les diarrhéiques en mal de torche-cul peuvent désormais se servir des trois couleurs pour se nettoyer le fondement. Alors la charmante inconséquente qui va couiner sa mélodie en Azerbaïdjan peut, d’une grimace de petite sotte informatisée, jeter aux orties le drapeau de son pays. Alors, les rapaces de tout poil et de toutes couleurs qui s’apprêtaient au festin peuvent, dès lors que la garde a été renvoyée dans ses foyers, fondre sur leur proie.

Ils ont eu Zemmour. Qu’ils s’en fassent ventre, jusqu’à dégueuler leur incommensurable veulerie. Avocats et journaleux, politiques et prélats, grandes gueules émasculées et folliculaires mal baisées, bouillie au grain moisi cuite au feu de la corruption. Fiers de mariner dans le jus et qui en redemandent! Goinfres! N’oubliez pas, en partant, de chier dans la soupe avant de la servir à vos maîtres. On a des manières ou on n’en n’a pas.

Alain Dubos

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

island girl 27/05/2012 15:06


Zemmour ,Laurent Gerra et bien d'autres ...heureusement ,il y a le net et le vote FN ...