Des Chrétiens assassinés par les islamistes. Ou sont les "droits de l'hommistes"?

Publié le 1 Novembre 2010

            En Irak c'est une Eglise qui est l'objet du crime de la part des malades de Dieu qui souhaitent par ailleurs, imposer leur système politique et juridique partout ou ils le pourront à commencer par l'Europe, avec la complicité objective de politiques (politiciens?) qui laissent faire ou encouragent en pensant au potentiel d'électeurs que le vote musulman pourrait leur apporter. Ce faisant, ils donnent la main à des hommes qui ne rèvent que d'une chose: leur couper!

          Donc, les chrétiens d'Orient sont encore, une nouvelle fois, la cible d'un attentat en Irak. En Irak comme en Indonésie d'ailleurs même si nos médias n'en parlent guère. En Indonésie mais aussi en Iran, en Turquie, en Somalie, etc. En Irak mais aussi, dans une moindre mesure, en Algérie qui poursuit en justice ses Kabyles convertis.

         Les Chrétiens fuient leurs terres, leurs pays, leurs racines. Dans un grand silence et depuis plusieurs années. Ils trouvent refuge en Europe. Des Chrétiens Libanais me disent, "nous avons vécu cela chez nous! Faîtes attention à votre pays"!

          Il y a peu, l'Eglise de Rome s'est réveillée. Mais les Evèques de France sont encore dans un coma profond. La Croix vacille en France sur les Eglises de l'Île de France et d'autres départements. Les futures minarets que construisent les associations cultuelles islamiques avec la bénédiction des Maires de France, les acheveront. On trouvera encore des Curés, des Abbés et des Chrétiens de France qui trouveronts cela bien. Comme de braves petits moutons prêts pour l'Aïd.

C'était ma minute de grogne.

Gérard Brazon

 

 

Extrait du Point.fr

 

          "Il y a eu 37 otages tués, dont 5 femmes et 7 enfants, et 56 blessés, dont 10 femmes et 8 enfants, dans l'attaque dimanche soir de l'église à Bagdad", a affirmé un responsable du ministère de l'Intérieur sous couvert d'anonymat. Dans l'assaut, sept membres des services de sécurité ont été tués et quinze autres ont été blessés, a-t-il précisé. Par ailleurs, "cinq terroristes ont péri et huit suspects ont été arrêtés", a dit ce responsable. Selon lui, une centaine de fidèles se trouvaient dans l'église au moment de l'attaque.

"Un vrai carnage"

              Selon l'évêque chaldéen de Bagdad, Shlimoune Wardouni, deux prêtres de la cathédrale Sayidat al-Najat (Notre-Dame du Perpétuel-Secours), dans le quartier de Karrada, ont été tués et un troisième a reçu une balle dans les reins. "C'est un immense sentiment de tristesse qui m'envahit. Que peut-on dire ? C'est inhumain. Même les animaux ne se comportent pas ainsi entre eux", a-t-il déclaré.

La cathédrale ressemble à un champ de bataille, a constaté un photographe. Le sol et les murs sont maculés de sang et criblés de balles. Des morceaux de chair sont visibles dans ce lieu saint. Les pupitres sont détruits ou renversés, et il y a partout du verre brisé. Pour le père Yousif Thomas Mirkis, responsable de l'ordre des dominicains, "l'opération a été préparée de longue date, au vu des armes et des munitions qui ont été retrouvées dans la cathédrale. Cela prend du temps pour les introduire." Le vicaire épiscopal des syriaques catholiques, Mgr Pios Kasha, qui s'est rendu dans la cathédrale dévastée, a déploré "un vrai carnage". "Ce qui est certain, c'est que les membres de ma communauté vont tous quitter l'Irak", a-t-il dit.

Lire la suite ICI

 

C'est le but recherché par les islamistes et ses malades de Dieu. 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article