Le vêtement islamique comme arme passive islamique.

Gérard BRAZON-1 Ces extraits d'un article qui se veut modéré nous explique la réalité du vêtement en terre d'islam et signifie bien que l'islam souhaite marquer ses frontières avec d'autres religions.

Ce qui explique également que le vêtement fait partie de la panoplie des armes passives de conquête de l'Europe. Alors oui, si vous lisez l'article, vous vous apercevrez également qu'il condamne le port ostentatoire de vêtements trop provoquant pour des habitants de pays étrangers à l'islam. De fait, il condamne le port du niqab et de la burqa même s'il ne le dit pas clairement mais affirme que si le milieux où un musulman vit est favorable au port d'un vêtement "licite", il peut le faire. Nous sommes bien dans la théorie de l"a trêve" en pays non musulman en attendant qu'il le devienne par le jeu du nombre. Ce qui explique pourquoi dans certaines banlieues de grandes villes française, le vêtement s'est islamisé. 

Il est clair qu'une République laïque doit faire attention et ne pas négliger les tenues vestimentaires da,ns la sphère publique. L'islam joue sur tous les tableaux et avance tranquillement et ayant comme but ultime, l'application de la sharia, la loi islamique. Ne jamais perdre de vue que l'islam est avant tout un totalitarisme juridique et policier in fine ou les libertés individuelles sont abolies. Tout en islam est régenté y compris votre façon de manger et d'aller aux toilettes.

Gérard Brazon 

 

Les règles vestimentaires [et d'apparence générale] du musulman en Occident – parMuhammad al-Maghribî

 

Le statut de base en matière d’habillement est la licéité, c’est-à-dire qu’il est licite de porter les vêtements qu’on veut — je dis bien à la base —, que ces vêtements soient fabriqués par des musulmans ou des non musulmans. (...)

 

Parmi les règles que la charia a assignées à l’habillement, il y a celles-ci :

  1. L’interdiction aux hommes de porter des vêtements en soie et de l’or.
  2. Les vêtements ne doivent pas être fabriqués à partir de matières impures comme la peau du porc avec une divergence entre les madhab sur la licéité des peaux des bêtes qui ne sont pas licites à la consommation.
  3. Le vêtement doit cacher la nudité, il doit être assez large pour cacher les rondeurs du corps, surtout au niveau du bas du dos et les cuisses pour les hommes, et ne doit pas être transparent.
  4. Abû Hurayra  a dit : « L’Envoyé d’Allah  a maudit l’homme qui s’habille en femme et la femme qui s’habille en homme. » [3]
  5. Il ne doit pas dépasser les chevilles et à fortiori il ne doit pas traîner par terre ; Abû Sa`îd rapporte que le Prophète  a dit : « Le manteau du musulman doit lui arriver à la mi-jambe. Nul grief s’il descend jusqu’aux chevilles, sans la dépasser, car ce qui descend au-dessous des chevilles est destiné au Feu. Quant à celui qui laisse traîner son habit par orgueil, Allah ne daignera même pas le regarder. » [4]
  6. Le vêtement ne doit pas attirer l’attention. L’Envoyé d’Allah  a dit en effet : « Celui qui porte un vêtement tapageur dans ce monde, Allah le vêtira d’un vêtement d’humiliation le Jour de la résurrection. » [5]

 

Il entre aussi sous la menace proférée dans ce hadith le port de vêtements inhabituels par rapport au pays dans lequel on vit. Dans son explication du sahîh d’Al-Bukhârî, Ibn Battâl a dit : « Ce qu’il convient de faire, c’est de porter pour chaque époque les vêtements portés par les gens de cette époque tant que le port de ces vêtements n’enfreint pas les règles de la religion, car le fait de se distinguer des gens dans leur tenue vestimentaire est une forme d’ostentation. » La même chose a été dite par le shaykh `Abd Al-Muhsin Al-`Abbâd dans son explication de ce hadith [9] (Cette explication pourrait s'adresser aux femmes qui provoquent la société non musulmane en portant le niqab et la burqa. Ndlr Gérard Brazon)

Mais bien entendu, ce n'est que provisoire car:

Il ne doit pas ressembler au vêtement caractéristique des mécréants, des associateurs (Chrétiens) et des pervers, de sorte que si quelqu’un le porte, quiconque le voit comprend que c’est un chrétien, un bouddhiste, un hindouiste, un sikh, un débauché ou autre comme par exemple le turban porté par les sikhs, la kippa, la tenue des prêtres, etc. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la parole suivante du Prophète  : « Celui qui essaie de ressembler à des gens est considéré comme étant un des leurs. » [14]   (...)

La taqqya vestimentaire:

Voici ce que dit Ibn Taymiyya dans son livre iqtidâ’ as-sirât al-mustaqîm (1/472-472) : « Si un musulman se trouve dans un pays en guerre contre les musulmans -dâr harb- ou dans un pays de mécréants qui n’est pas en guerre contre les musulmans, il n’est pas tenu de se distinguer d’eux dans l’aspect extérieur en raison du mal qui peut l’atteindre. Bien au contraire, il est préférable au musulman, voire obligatoire, de s’associer, parfois, à eux dans certaines pratiques extérieures quand c’est pour un intérêt religieux comme le fait de les appeler à l’Islam et d’autres objectifs louables.

 

Quant à la terre de l’Islam ou la terre où les musulman ont émigré -dâr al-hijra- et où Allah a rendue puissante Sa religion et a soumis les mécréants au régime de la capitation -jizya-, c’est dans ces terres où la distinction extérieure est prescrite.»

Dans ce dernier passage, Ibn Taymiyya fait allusion à l’une des règles que doivent respecter les dhimmî, à savoir les non musulmans qui vivent sous l’autorité du chef de l’État musulman et qui bénéficient d’un traité de protection de sa part.

Pour lire l'ensemble et vous faire une idée plus précise de ce qu'est l'islam de conquête y compris et surtout à travers les vêtement, c'est ICI: Ana Muslim